Assurance de prêt immobilier ou professionnel : zoom sur les garanties décès, incapacité, invalidité

Bien qu’aucune loi ne la rende obligatoire, l’assurance emprunteur est systématiquement exigée par les banques dans le cadre d’un prêt immobilier ou professionnel. Cette garantie permet en effet de rembourser le capital restant dû en cas de décès ou de perte totale et irréversible d’autonomie, ou de prendre le relais du paiement des mensualités en cas d’invalidité ou d’arrêt de travail... En souscrivant une assurance de prêt, vous protégez donc votre emprunt, mais aussi vos intérêts et ceux de votre entreprise.

Une garantie indispensable pour votre assurance de prêt

Lors de la souscription d’un prêt qu’il soit immobilier ou professionnel, votre banque ou tout autre organisme prêteur impose qu’il soit couvert par une assurance. Cette exigence est l’opportunité de sécuriser votre projet. Un crédit est souvent échelonné sur plusieurs années, l’avenir, quant à lui, reste imprévisible.

En effet, quel que soit votre âge, votre état de santé ou votre situation professionnelle, vous n’êtes jamais à l’abri d’un aléa de la vie : une maladie ou un accident imposant un arrêt de travail voire une cessation définitive d’activité… Autant de situations qui peuvent peser sur vos ressources et donc vos capacités de remboursement, ou sur celles de vos proches en cas de décès.

Garantissant vos intérêts comme ceux de la banque, l’assurance emprunteur est une protection indispensable de vos capacités financières comme de votre patrimoine.

Assurance décès invalidité : concrètement, comment ça marche ?

Les garanties minimum exigées par la banque pour un prêt immobilier ou professionnel sont les garanties décès et perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) : l’assureur se substitue alors à l’emprunteur et se charge de rembourser le capital restant dû, en totalité ou en partie selon la quotité assurée. 

Mais d’autres garanties peuvent étoffer cette protection de base :

  • La garantie invalidité : face à une invalidité permanente totale (IPT) ou une invalidité permanente partielle (IPP), l’assurance emprunteur prend en charge le remboursement en mensualités ou en capital restant dû, selon les situations et les conditions de souscription ;
  • La garantie incapacité temporaire de travail (ITT) : si une maladie ou un accident, personnel ou professionnel, vous impose un arrêt de travail, l’assurance prend le relais de vos mensualités à l’issue d’une période de franchise que vous choisissez (entre 30 et 180 jours d’arrêt, selon vos besoins et vos priorités).

Au-delà des seules garanties proposées, leurs conditions sont aussi à bien évaluer : par exemple, certains assureurs refusent d’intervenir si l’emprunteur en incapacité de travail est sans activité au moment du sinistre, ou s’il est en mesure d’exercer une autre profession que la sienne. Soyez donc bien vigilant avant de vous engager.


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X