31/05/18

Tennis handisport : jeune championne deviendra grande

Zoé  Maras, espoir du tennis handisport

À force de volonté et d’entraînement, Zoé Maras est à 16 ans un véritable espoir féminin du tennis en fauteuil. Rencontre avec une passionnée qui vibre pour son sport. 

 Comment s’est passée votre rencontre avec le tennis ?

Zoé Maras : Depuis toute petite, j’aime l’activité physique. J’ai commencé par la natation à trois ans. Mais très vite, j’ai voulu changer pour une discipline en fauteuil, et ça a été le tennis. J’ai commencé vers 9-10 ans et depuis je n’ai pas arrêté car ça me permet de me dépenser et de voir mes limites. J’éprouve également beaucoup de plaisir à jouer et à pratiquer un sport comme tout le monde.

 En 2016, vous avez remporté les championnats de France juniors ainsi que le tournoi du Loiret. Quels sont vos prochains grands défis ?

Z.M. : Cette année, mon objectif est d’entrer dans le Top 50 mondial dames. Pour le moment, je suis 88e. Et puis, évidemment, les Jeux olympiques sont le rêve de tout sportif… 2020 sera trop tôt pour moi, mais 2024 à Paris me fait vraiment envie. C’est une compétition de très haut niveau, je travaille donc dur pour y arriver. Dans mon club de Saint-Chamond, j’ai eu la chance de rencontrer deux entraîneurs – Annick et Marc – très motivés par le handisport et qui m’encouragent.

Le rêve de Zoé ? Participer aux jeux olympiques de Paris en 2024.

 Pour y parvenir quelles étapes devez-vous encore franchir ?

Z.M. : Actuellement, je m’entraîne une heure et demie, trois fois par semaine. Pour améliorer mon jeu, j’aimerais pratiquer au moins une fois par jour. Avec le lycée, ce n’est pas possible de passer à deux séances comme le font les professionnels. Sinon, j’aimerais participer à davantage de tournois, mais cela représente un coût important. En moyenne, je participe à une dizaine de compétitions par an – peut-être moins cette année avec le bac de français qui s’annonce. Et puis, bien sûr, le matériel est primordial. Plus le fauteuil est léger, plus il permet de se déplacer rapidement et être agile sur le terrain. 

 Le 6 mars dernier, le Club Eovi Mcd Solidarité a organisé une marche pour collecter des fonds pour votre association Les Supporters de Zoé. Comment avez-vous vécu cette journée ?

Z.M. : J’ai été incroyablement surprise et touchée par la mobilisation et par l’organisation du Club Eovi Mcd Solidarité ! Plus de 1 000 marcheurs ont répondu présent dans une superbe ambiance. Grâce à eux, nous avons rassemblé la somme nécessaire pour commander le fauteuil dont j’ai toujours rêvé. Il devrait arriver fin juin. Il a été spécialement conçu sur mesure et il va vraiment me permettre d’aller plus loin dans ma pratique et la compétition. Je suis très impatiente de le recevoir !

  Vous projetez-vous dans une carrière sportive ?

Z.M. : Après le bac, j’aimerais peut-être me diriger vers des études en STAPS. J’ai vraiment envie de garder un lien avec le sport et de continuer à m’entraîner et me perfectionner. 

Vous souhaitez que nous abordions un sujet. Faites-nous part de vos suggestions.
Ces articles peuvent vous intéresser

Handicap : quel sport pratiquer ?

Handicap : quel sport pratiquer ?

La médiatisation du handisport ouvre de nouvelles perspectives aux personnes en situation de handicap. Handisport ou sport adapté ? Quelques conseils pour débuter ?

Foot fauteuil : le défi de Louis Granjon

Foot fauteuil : le défi de Louis Granjon

Louis Granjon, joueur et directeur sportif de l’équipe de foot-fauteuil « ASSE Cœur-Vert Eovi Mcd mutuelle » parle de son
parcours : un défi, une passion !