17/05/18

Pharmacien : tout ce qu’il peut faire pour vous

L'ensemble des pharmaciens pourraient bientôt être amenés à vacciner la population contre la grippe.

Depuis quelques années, le métier de pharmacien évolue. Suivi des traitements, vaccination, prévention… Zoom sur les nouvelles missions de ce professionnel de santé.

Depuis mars 2018, certains pharmaciens sont autorisés à réaliser des bilans partagés de médication : en coordination avec médecins et infirmières, ils peuvent suivre le traitement des malades de plus de 65 ans atteints d’une affection de longue durée ainsi que ceux des patients de plus de 75 ans dont la prescription est composée d’au moins cinq molécules. L’objectif ? répondre à leurs interrogations, les aider à prendre leurs médicaments correctement et limiter au maximum les effets indésirables liés aux interactions médicamenteuses.

Un suivi indispensable

Pharmacienne depuis douze ans à Mayenne (53), Nathalie Ruel s’est portée volontaire l’an dernier pour expérimenter le dispositif. « Il s’inscritparfaitement dans la continuité de nos missions. En effet, nous pouvons déjà suivre les personnes asthmatiques ou traitées par anticoagulants oraux », affirme-t-elle. Pour recevoir ses « patients », la pharmacienne a aménagé un espace confidentiel dans son officine. Là, elle évalue avec eux leur traitement : est-il correctement pris ? Engendre-t-il des effets secondaires ? « Chaque bilan a permis de résoudre un problème, comme avec ce patient qui est sorti de l’hôpital avec un nouveau traitement. Seul chez lui, il a continué de le prendre correctement mais en complément de l’ancien ! La preuve que ce suivi est indispensable », assure la pharmacienne.

Le pharmacien, un acteur de santé de proximité

Le bilan partagé de médications ne représente qu’un pan de l’évolution des missions du pharmacien. Depuis quelques années, ce professionnel est devenu un véritable acteur de santé, habilité à dispenser des séances d’éducation thérapeutique et à réaliser des tests d’orientation au diagnostic pour l’angine, la grippe et le diabète. D’ici à trois ans, il pourrait également être autorisé à vacciner les populations contre la grippe. C’est tout l’enjeu de l’expérimentation lancée, fin 2017, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine.

Améliorer la couverture vaccinale de la grippe

« Le patient vient chercher le sérum, et on le vaccine dans la foulée, sans rendez-vous. La démarche est beaucoup plus simple », explique Pierre Béguerie, pharmacien à Bidart (64). Volontaire pour participer à l’expérimentation, il a immunisé 130 patients cet hiver et en a profité pour vérifier qu’ils étaient bien à jour de leur vaccinUn point d’autant plus nécessaire qu’il a constaté que beaucoup de seniors étaient mal vaccinés contre le tétanos alors qu’ils jardinent régulièrement. « Nous n’avons pas vocation à remplacer le médecin ou l’infirmière. Nous les aidons à améliorer la couverture vaccinale contre la grippe à l’heure où beaucoup de patients se sont éloignés de la vaccination. L’objectif, à terme, est qu’une discussion s’installe entre tous les professionnels de santé », avance Pierre Béguerie. Avec, au centre des échanges, une préoccupation commune : l’intérêt du patient.

Vous souhaitez que nous abordions un sujet. Faites-nous part de vos suggestions.
Ces articles peuvent vous intéresser

Le chocolat : des vertus insoupçonnées

Le chocolat : des vertus insoupçonnées

Bon pour le cœur et la mémoire, le chocolat est l’allié de notre santé. Zoom sur les vertus insoupçonnées de la gourmandise préférée des Français.

Comment gérer les problèmes d’addiction au travail ?

Comment gérer les problèmes d’addiction au travail ?

L’addiction est un sujet tabou dans les entreprises. Pour aider les dirigeants à mieux gérer ce type de situation, le point avec le fonds Actions Addictions.