01/02/18

La téléconsultation : une solution face au désert médical ?

Le premier cabinet libéral de téléconsultation

En passe de devenir un désert médical, la commune d’Oberbruck a ouvert, en 2016, un centre de téléconsultations. Zoom sur un dispositif encore inédit en France.

Petit retour dans le passé… Nous sommes en 2013, à Oberbruck, petite commune d’Alsace. Le dernier médecin généraliste encore en activité dans la vallée ferme son cabinet. « À l’époque, il m'a dit qu'il y avait du travail pour deux ici », témoigne Jacques Behra, le maire de la commune. Pourtant, il ne parvient pas à trouver de remplaçant. Résultat : les 3 500 habitants de la vallée de la Doller restent sans médecin pendant trois ans. Le maire décide alors de contacter l'Association de soins et d'aides de Mulhouse et environs (Asame) afin de mettre en place un dispositif de télémédecine. Il investit également 50 000 euros, notamment dans la mise en état d'un local. Et, en septembre 2016, le cabinet de télémédecine d’Oberbruck ouvre. Une première en France.

Le cabinet de téléconsultation a ouvert en 2016.

Téléconsultation, mode d’emploi

Aujourd’hui, les habitants d’Oberbruck et des villages alentour sont pris en charge dans un cabinet médical, mais c’est un infirmier qui les reçoit. Il pratique les gestes de soins et examens, en liaison avec l'un des 6 médecins de l'Asame, installés à Bordeaux, Strasbourg, ou encore dans le Vaucluse. Avant de se connecter pour la visio-consultation, l’infirmier constitue le dossier du patient, retrace son historique de santé, mesure ses constantes (température, poids, taille, tension).

Dans le cabinet médical, les patients sont reçus en consultation par l'infirmier

La consultation se poursuit ensuite à proximité du chariot de télémédecine équipé d’un écran, d’une caméra et d’outils permettant d’ausculter le conduit auditif, de réaliser un fond d’œil, de vérifier les grains de beauté, et d’effectuer des échographies ou des électrocardiographies. Grâce à un retour direct dans son casque, le médecin entend les sons captés par le stéthoscope.

Le médecin à l'écran ausculte les poumons de la patiente grâce au stéthoscope, relié au chariot de télémédecine, et manipulé par l'infirmier

« On dispose également d’un smartphone pour regarder au fond de la gorge ou d’autres zones inaccessibles avec la caméra du chariot. Le médecin peut même prendre des photos à distance », explique Sébastien Haberer, l’un des deux infirmiers qui exercent au cabinet. À l’issue de l’examen, le médecin rédige un compte rendu et, si besoin, une ordonnance, imprimée par l’infirmier.

Prise de vue par smartphone du fond de la gorge, transmise simultanément au médecin
Le médecin peut observer en direct le conduit auditif de l'intérieur de l'oreille

Une solution contre les déserts médicaux ?

Depuis l’ouverture du cabinet, plus de 400 consultations ont été enregistrées. « Les patients les plus âgés étaient un peu réticents au départ », raconte Jacques Behra, mais tous semblent satisfaits de leur prise en charge. « La preuve, c’est qu’ils reviennent ! Ça répond à un besoin de la population », se réjouit l’infirmier, conquis par ce dispositif d’e-santé. Et, même si l’initiative demeure inédite en France, elle pourrait intéresser de nombreuses communes. D’autant plus que le développement de la télémédecine fait partie du plan de lutte du gouvernement contre les déserts médicaux.

À la fin de la consultation, l'infirmier soumet au patient un questionnaire de satisfaction
Ces articles peuvent vous intéresser

Vous avez la parole : Que pensez-vous de la téléconsultation ?

Vous avez la parole : Que pensez-vous de la téléconsultation ?

La téléconsultation permet à un patient de consulter à distance un professionnel de santé. Qu’en pensez-vous ? Nous vous avons donné la parole ! 

Futurapolis santé : la recherche médicale multiplie les prouesses

Futurapolis santé : la recherche médicale multiplie les prouesses

Comment l'innovation se met au service de la santé ? Pourquoi l’e-santé va révolutionner notre quotidien ?

Les incontournables

28/07

Journée mondiale contre les hépatites 

Appel à témoignages

Les sujets du mag vous intéressent ? Partagez avec nous vos expériences par mail lemag@eovi-mcd.fr !