07/08/18

Maladie de Lyme : pas de panique à cause des tiques

Eovi Mcd mutuelle Maladie Lyme

Gare aux tiques ! En forêt, à la campagne ou dans les jardins, ces petits acariens peuvent transmettre la maladie de Lyme. Une infection non contagieuse et le plus souvent sans danger. Recommandations.

Les tiques sont des acariens visibles à l’œil nu. Elles vivent ancrées sur la peau des mammifères, des oiseaux ou des reptiles et se nourrissent de leur sang. On les trouve un peu partout en France, surtout en dessous de 1 500 m d’altitude. Elles apprécient les zones boisées et humides, les herbes hautes des prairies, les parcs forestiers.

Comment se protéger des tiques ?

Si vous prévoyez de vous balader en forêt ou en pleine nature :

  • privilégiez les vêtements couvrants et clairs (afin de repérer rapidement les tiques), serrés au cou, aux poignets et aux chevilles.
  • rentrez votre pantalon dans vos chaussettes et à porter des manches longues.
  • vaporisez vos vêtements et vos chaussures de produits anti-tiques, en respectant les contre-indications pour les enfants et les femmes enceintes.
  • empruntez si possible les sentiers et marchez au milieu des chemins,
  • évitez les contacts avec les herbes, les broussailles et les branches basses.
  • pensez à prendre avec vous un tire-tique (disponible en pharmacie).

Après une activité dans la nature, inspectez soigneusement votre corps, en particulier le cuir chevelu et les zones de pli comme les aisselles, l’intérieur des coudes ou l’arrière des genoux…

Que faire si une tique vous a piqué ?

Une tique vous a pris pour cible ? Pas de panique ! Moins de 15 % des piqûres sont susceptibles de vous transmettre la bactérie Borrelia burgdorferi sensu lato, responsable de la maladie de Lyme.  

Retirez délicatement la tique avec un tire-tique. Faites le plus rapidement possible car plus une tique porteuse de maladies reste fixée longtemps, plus le risque de transmission de la maladie de Lyme augmente. Ne mettez aucun produit sur la tique et ne tentez pas de la retirer avec les ongles. Après avoir enlevé́ la tique, désinfectez la peau avec un antiseptique.

Attention, une fois ôtée, la tique peut encore piquer. Après l’avoir tuée sans l’avoir touchée, mettez-la dans un mouchoir et jetez-le à la poubelle.

Repérer les premiers symptômes de la maladie de Lyme

Si vous avez malgré tout été infecté par la bactérie, vous vous en rendrez compte rapidement dans 95 % des cas. Une plaque rouge sur votre peau allant jusqu’à 5 cm de diamètre fera son apparition à l’emplacement de la piqûre, 3 à 30 jours après. Si c’est le cas, consultez votre médecin traitant. Une cure d’antibiotiques en viendra à bout aisément et l’érythème disparaît sitôt l’infection guérie.

À noter : la maladie de Lyme ne se transmet pas par contact avec un animal porteur de tiques (oiseaux, chiens, chats), ni d’une personne à une autre.

Surveiller les formes disséminées tardives

Plusieurs semaines, voire plusieurs mois après la piqûre, plusieurs érythèmes apparaissent sur votre peau ? Vous souffrez peut-être d’une forme disséminée tardive. Elle s’accompagne également d’autres manifestations dermatologiques et/ou de symptômes cardiaques, articulaires, neurologiques, ou ophtalmologiques. Cette forme de la maladie est complexe mais bien connue et prise en charge. Le diagnostic clinique de votre médecin est alors complété par un dépistage sérologique. Il vous prescrira des traitements symptomatiques à associer à des antibiotiques.

Existe-t-il une forme chronique de la maladie de Lyme ?

Quelques très rares cas donnent encore du fil à retordre à la médecine. Dans sa dernière recommandation de bonne pratique, la Haute Autorité de santé parle de “symptomatologie/syndrome persistant polymorphe après une possible piqûre de tique” (SPPT). On l'identifie, chez la personne ayant été potentiellement exposée aux tiques, avec ou sans antécédent d'érythème migrant, par une triade de symptômes se manifestant plusieurs fois par semaine, depuis plus de 6 mois :

  • un syndrome polyalgique (douleurs musculo-squelettiques et/ou d’allure neuropathique et/ou céphalées),
  • associé à une fatigue persistante avec réduction des capacités physiques,
  • et des plaintes cognitives (troubles de la concentration et/ou de l’attention, troubles mnésiques, lenteur d’idéation)”.

Parfois, les tests sanguins de ces personnes sont négatifs, sans que les médecins puissent tout à fait exclure une maladie de Lyme. Pour ces patients, la Haute Autorité de santé recommande de réaliser un bilan complet. Si celui-ci ne permet pas de poser fermement un diagnostic, le médecin pourra proposer à son patient un traitement antibiotique.

N'hésitez pas à consulter les conseils de prévention  du ministère de la Santé !

Ces articles peuvent vous intéresser

Les antibiotiques, je les prends à bon escient

Les antibiotiques, je les prends à bon escient

La journée européenne d'information sur les antibiotiques a lieu le 18 novembre. L'occasion de rappeler quelques précautions...

Antibiotiques, mode d'emploi

Antibiotiques, mode d'emploi

Le recours abusif aux antibiotiques peut diminuer leur efficacité. Comment expliquer ce phénomène ? Comment y remédier ? Eovi Mcd mag fait le point.

Les incontournables

Du 23/09 au 30/09 

Semaine européenne du sport

Du 23/09 au 01/10 

Sentez-vous sport ! 

26/09

Journée mondiale de la contraception 

27/09

Journée nationale du sport scolaire

29/09 

Journée mondiale du coeur

Du 01/10 au 31/10

Octobre rose : mois du cancer du sein

01/10

Journée internationale des personnes âgées

Du 08/10 au 14/10

Semaine du goût

Du 08/10 au 14/10 

Semaine Bleue : semaine nationale des retraités et personnes âgées

10/10

Journée mondiale de la santé mentale

11/10 

Journée mondiale des soins palliatifs

11/10 

Journée mondiale de la vue 

Appel à témoignages

Les sujets du mag vous intéressent ? Partagez avec nous vos expériences par mail lemag@eovi-mcd.fr !