06/11/17

Dépister pour mieux vaincre

Le cancer n’est pas le résultat d’une cause unique. En effet, 40% des cancers pourraient être évités par les facteurs externes. Agissez par la prévention et le dépistage !

Les dépistages organisés :

Les programmes nationaux de dépistage organisé du cancer consistent à dépister de manière systématique certaines populations. Ils concernent actuellement le cancer du sein et le cancer colorectal. Ils sont gratuits et pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

  • Cancer du sein. Le dépistage organisé du cancer du sein cible les femmes âgées de 50 à 74 ans, sans symptômes ni facteurs de risque particuliers autres que leur âge. Elles sont invitées tous les deux ans, par courrier, à prendre rendez-vous chez un radiologue agréé afin de pratiquer une mammographie et un examen clinique des seins. Si aucune anomalie n'est décelée, la mammographie fait systématiquement l’objet d’une seconde lecture par un autre radiologue.
  • Cancer colorectal. Un test immunologique (recherche de présence de sang dans les selles) est proposé tous les deux ans aux hommes et aux femmes âgés de 50 à 74 ans, qui reçoivent un courrier les invitant à consulter leur médecin traitant. Ce-dernier leur remet le test de dépistage, rapide et indolore, à faire chez soi et à envoyer dans un laboratoire d'analyses. Le laboratoire transmettra les résultats au patient et au médecin traitant.

N’hésitez pas à y participer ou à en parler autour de vous pour encourager les personnes concernées à réaliser ces dépistages.

Les dépistages individuels :

  • Cancer du col de l’utérus. Le dépistage du cancer du col de l’utérus est encore majoritairement individuel, mais sa généralisation sera lancée fin 2017. Il consiste en un frottis cervicovaginal tous les trois ans chez les femmes âgées de 25 à 65 ans. Près de 70% des cancers du col de l’utérus sont liés à une infection à papillomavirus humain (HPV). La vaccination anti-HPV, disponible en France depuis 2006, est donc recommandée pour les filles dès l'âge de 11 ans. 
  • Cancer de la prostate. C’est le cancer le plus fréquent chez les hommes. Rare avant 50 ans, il survient le plus souvent autour de 70 ans. Les hommes ayant des antécédents familiaux sont plus fréquemment atteints. Une prise de sang permet la mesure du taux de PSA (prostate specific antigen, antigène prostatique spécifique), une protéine produite de façon naturelle par la prostate et présente normalement en faible quantité dans le sang. Cette prise de sang, pratiquée en laboratoire, est réalisée sur prescription médicale.

 

Vous souhaitez que nous abordions un sujet. Faites-nous part de vos suggestions.
Ces articles peuvent vous intéresser

Comment gérer les problèmes d’addiction au travail ?

Comment gérer les problèmes d’addiction au travail ?

L’addiction est un sujet tabou dans les entreprises. Pour aider les dirigeants à mieux gérer ce type de situation, le point avec le fonds Actions Addictions.

Prévention des troubles musculo-squelettiques : êtes-vous au point ?

Prévention des troubles musculo-squelettiques : êtes-vous au point ?

Première cause d’arrêt maladie en France, les TMS sont redoutés par les entreprises et leurs salariés. Pour vous aider à mieux les prévenir, retour sur quatre idées reçues.