Microbiote : votre garde du corps

Petit mais costaud : le microbiote est l’allié indispensable de votre système immunitaire. Mais comment vous protège-t-il ? On fait le point avec vous ! 

06/10/20
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Qu’est-ce que le « microbiote humain » ?

Microbiote vient du grec micro (petit) et bios (vie). Concrètement, le microbiote humain désigne l’ensemble des micro-organismes présents dans et sur le corps humain : bactéries, virus, champignons (levures), archées (organismes unicellulaires présents dans la peau)… Invisibles à l’œil nu, ils se trouvent :

  • Dans le tube digestif : le microbiote intestinal est le plus documenté par la science et aussi le plus abondant dans notre corps. C’est la star des microbiotes ! Il contient environ cent mille milliards de bactéries… soit un poids de 1,5kg chez un adulte. Vous y penserez quand vous vous pèserez.
  • Sur la peau : moins connu, le microbiote cutané représente néanmoins quelques milliards de bactéries (à travers 300 espèces différentes). Il se nourrit de sébum et de cellules mortes. 
  • Dans la bouche : le microbiote bucco-dentaire se compose d’environ 700 espèces de bactéries.
  • Dans les organes génitaux : le microbiote vaginal est composé de milliards de micro-organismes, dont 95% de lactobacilles.
  • Dans les voies respiratoires : le microbiote pulmonaire, peu abondant et plus récemment étudié que les autres, contient environ 100 000 bactéries par cm3

Ces 5 catégories de microbiotes jouent un rôle protecteur, offrant un véritable « effet barrière » face aux infections. Ces micro-organismes défendent et façonnent votre système immunitaire. 

Micro-organismes, maxi protection 

Regardons de plus près le rôle joué par les différents microbiotes sur notre santé. Les bactéries du microbiote intestinal facilitent la digestion : 

  • En réalisant la fermentation des résidus alimentaires non digestibles
  • En facilitant l’assimilation des nutriments (grâce aux enzymes)
  • En assurant l’hydrolyse (décomposition chimique) de l’amidon, de la cellulose ou encore des polysaccharides (glucides)
  • En participant à la synthèse de certaines vitamines (K, B12, B8…)
  • En régulant l’absorption des acides gras, calcium, ou encore du magnésium
  • En digérant les fibres 

Les animaux élevés sans microbiote (dits « axéniques ») ont des besoins énergétiques 20 à 30% fois supérieurs à ceux d'un animal normal. 

Le microbiote intestinal renforce également votre immunité en participant à la « fonction barrière » de l’intestin contre les espèces pathogènes et en les empêchant de proliférer. Un rôle essentiel quand on sait que le système immunitaire intestinal est exposé dès la naissance à de nombreux antigènes (substances étrangères à l’organisme) d’origine alimentaire ou microbienne. 

Il en va de même pour les autres microbiotes. Au niveau de la peau par exemple : votre microbiote cutané se constitue dès la naissance, au contact de la flore vaginale (accouchement par voie basse) ou de la flore du ventre (césarienne). Présent partout (dans l’épiderme, les glandes sébacées, les follicules pileux, le derme ou encore l’hypoderme), il protège votre corps contre la « colonisation » par des bactéries pathogènes en empêchant ces dernières d’absorber les nutriments (et donc de se multiplier) mais aussi en sécrétant des bactériocines (molécules « tueuses » de bactéries). 

Le microbiote cutané marque aussi votre « signature olfactive » : c’est ainsi que l’odeur de votre transpiration par exemple vient des bactéries (la sueur en elle-même étant inodore). 

« Protéger et réguler », telle pourrait être la devise des microbiotes. Au niveau de la bouche, le microbiote bucco-dentaire protège les gencives et les dents des infections (caries) ou réactions inflammatoires locales (gingivite, parodontite…). Les lactobacilles du microbiote vaginal forment un biofilm (soit une couche protectrice) tapissant la paroi vaginale pour la préserver des infections. Enfin, le microbiote pulmonaire, bien que moins connu, contribue aussi à la protection des fonctions respiratoires, en complément du mucus et des cils de la muqueuse respiratoire

Comment préserver votre microbiote ?

Vous l’aurez compris, le microbiote est précieux et il faut en prendre soin. Or, cet écosystème complexe peut être altéré par la prise d’antibiotiques, le tabac, le manque ou l’excès d’hygiène (le vagin s’auto-nettoie grâce à ses sécrétions par exemple), mais aussi une alimentation saturée en sucres ou graisses. Votre mot d’ordre sera donc… l’équilibre ! Autrement dit, une alimentation saine et variée, une hygiène régulière et adaptée… Nos conseils ?

  • Intégrez régulièrement à votre alimentation des fibres, qui vous apportent des prébiotiques naturels (aliments qui favorisent la croissance du microbiote) : légumineuses (lentilles, pois chiches), oléagineux (amandes, pistaches, noix), légumes (artichaut, endive), fruits (pamplemousse, bananes, pêches…), mais aussi oignon et ail.
  • Consommez du poisson gras (saumon, maquereau, thon, sardine) une fois par semaine : leur huile naturelle stimule votre flore intestinale.
  • Faites le plein de probiotiques en consommant régulièrement et en quantités raisonnables des yaourts nature, du pain au levain, mais aussi du fromage persillé (roquefort, bleu) et du fromage avec croûte (camembert, brie). 
  • Évitez l’excès de sucre, viande rouge, caféine et alcool.
  • Brossez-vous les dents 3 fois par jour pendant 3 minutes et pensez au détartrage une fois par an.
  • Pour l’hygiène intime, utilisez des produits doux et adaptés pour laver l’extérieur, et laissez l’intérieur du vagin s’auto-nettoyer ! 

Ces articles peuvent vous intéresser

Activité partielle : maintien des garanties santé et prévoyance

Activité partielle : maintien des garanties santé et prévoyance

Les garanties collectives de prévoyance complémentaire des salariés en activité partielle sont maintenues malgré la suspension de contrats de travail. Précisions sur cette mesure temporaire.  

Télétravail : quels sont les frais pris en charge par l’employeur ?

Télétravail : quels sont les frais pris en charge par l’employeur ?

Alors que le télétravail est généralisé partout en France, celui-peut engendrer certains coûts.  Abonnement internet, matériel, titres déjeuners … Quels sont les frais pris en charge par l’employeur ? Devez-vous verser des indemnités ? 


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X