La solidarité entre voisins, c’est possible

Connaissez-vous AlloVoisins ? Une plateforme pour consommer différemment, qui compte déjà 3 millions d’utilisateurs. Eclairage avec Edouard Dumortier, CEO et co-fondateur.

09/04/20
Temps de lecture estimé : 3 min

Pouvez-vous nous présenter AlloVoisins ?

AlloVoisins est une plateforme née en 2013 qui met en relation les habitants d’un même quartier ou d’une même ville, pour de la location d’objet et du service à la personne. Aujourd’hui, nous comptons 3,4 millions de membres, sur l’ensemble du territoire français. Nous sommes leader sur le marché français et réalisons en moyenne 3 000 nouvelles inscriptions chaque jour.

 

Comment est né ce concept ?

Ma vision, c’est que nous sommes dans un monde en profonde mutation sur le plan économique, social et écologique. Le monde change et la manière de consommer avec. Notre postulat, c’est qu’on peut continuer à se faire plaisir sans se ruiner, mais à condition de consommer de façon plus locale, plus durable et plus responsable, en se basant sur la mutualisation des ressources. Le cœur du message d’AlloVoisins, finalement, c’est de se dire : « ne changez pas ce que vous consommez, changez la manière dont vous le faites ». Quel est l’intérêt de posséder un taille-haie dont vous ne vous servirez que quelques minutes par an ? Empruntez-le plutôt à un Voisin.

 

Quel type de produits ou services peut-on trouver sur la plateforme, et quels sont ceux qu’on peut utiliser en ce moment ?

La période de confinement généralisé que nous connaissons a quelque peu modifié le cœur de notre activité. La plupart des « demandes », autrement dit les annonces que postent les Voisins qui ont un besoin de service, sont liées à l’opération « Solidarité Nationale » que nous avons mise en place le 13 mars. Celle-ci appelle nos membres à se rendre service de manière non-rémunérée. Pour faciliter au maximum les démarches, nous avons listé l’ensemble des besoins les plus courants sur une même page, comme se faire livrer des courses ou des médicaments, imprimer des attestations de déplacement ou demander à ce que l’on promène son animal.

Au-delà de ce contexte exceptionnel, le cœur de notre activité habituelle, c’est le bricolage et la demande de travaux, le jardinage (lors des beaux jours), les déménagements, l’entretien de véhicule et les services à la personne.

 

Comment l’économie collaborative peut-elle aider les Français pendant le confinement ?

L’économie collaborative permet aux personnes isolées et vulnérables de pouvoir compter sur la solidarité nationale, de ne pas rester bloquées, sans solution, confinées à domicile. Plus largement, elle permet de connecter les personnes qui ont besoin d’un coup de pouce en ces temps difficiles et celles qui souhaitent se rendre utile.

 

 

Né en 1977, Edouard Dumortier est diplômé de l'ESSCA. Il débute sa carrière à Madrid, au sein du groupe Saint-Gobain, avant de rejoindre LEROY MERLIN début 2001, où il accompagnera les futurs magasins espagnols et portugais, en tant que chef de projet Merchandising. En 2005, il rentre en France et participe à l'ouverture du magasin LEROY MERLIN de Vannes, comme chef de secteur. En 2007, il intègre Alexandre TIC, filiale du groupe Adecco spécialisée dans le recrutement de cadres et dirigeants. Consultant auprès des fonctions commerciales et marketing, il exerce dans tout l'ouest de la France. En 2009, il prend la direction du réseau de franchise AVIS-Immobilier, réseau national de 170 agences immobilières. C'est à cette occasion qu'il fera la connaissance de Charles Cabillic, avec lequel il nouera un partenariat solide. A l'été 2012, il quitte AVIS-Immobilier et se consacre pleinement à l'aventure AlloVoisins, projet qu'il murit depuis plusieurs années.

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser

« Protéger les plus fragiles avec une grande part d’humanité »

« Protéger les plus fragiles avec une grande part d’humanité »

Au sein de l’Ehpad Le Logis de Hauteroche*, en Occitanie, Pascale Coulot et son équipe doivent continuellement s’adapter pour gérer au mieux la crise sanitaire. Entretien.

24 heures avec Séverine Bellard, infirmière coordinatrice en Ehpad

24 heures avec Séverine Bellard, infirmière coordinatrice en Ehpad

À quoi ressemble une journée dans un Ehpad en période de confinement ? Séverine Bellard, infirmière coordinatrice de l’Ehpad Beausoleil, à Mours-Saint-Eusèbe (Drôme), témoigne. 


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X