Changement climatique : quel impact sur notre santé ?

Canicules à répétition, inondations, sécheresses… Le réchauffement climatique a bien entendu des effets sur la biodiversité, l’économie... mais aussi sur la santé humaine ! 

Climat et santé
07/01/20
Temps de lecture estimé : 4 min
Climat et santé

« C’est une nouvelle menace importante pour la santé publique ». La façon dont l’Organisation mondiale de la Santé qualifie le changement climatique incite à considérer cette problématique le plus sérieusement possible.

Concrètement de quoi parle-ton ? Qu’est-il possible de faire à l’échelle individuelle ?

 

Les fortes chaleurs : un rôle majeur

Vous avez encore en mémoire la fameuse canicule de 2003 et les décès directement liés ?  Pourquoi la chaleur a-t-elle eu un tel impact ? 

Pour se refroidir, notre corps utilise un mécanisme efficace : la sudation. Mais lorsque le mercure monte trop, notre capacité régulatrice peut être dépassée. Le risque de déshydratation et d’hyperthermie est alors réel. A la clé :

  • syndrome d’épuisement par la chaleur,
  • coup de chaud,
  • aggravation de pathologies chroniques (cardiovasculaires, respiratoires…).

Les jeunes enfants, les personnes âgées ou les travailleurs en extérieur sont particulièrement exposés !

 

Ces vagues de chaleur plus fréquentes peuvent aussi être associées à une augmentation de l’exposition aux UV.

Conséquences :

  • vieillissement cutané prématuré,
  • cataractes,
  • cancers de la peau…

 

Sans oublier la pollution ! Avec l’augmentation des températures, la teneur de l’air en ozone et d’autres polluants s’accroit. Et ces polluants ont la fâcheuse tendance à exacerber les maladies cardiovasculaires.

 

Quels autres dangers ?

  • Les pollens sont omniprésents

Le changement climatique, notamment le réchauffement et l’humidité de l’air, favorise la production de pollen par les plantes. En France, en 20 ans, le nombre d’allergies liées aux pollens a triplé. 1 adolescent  sur 5 et 1 adulte sur 3 sont concernés !

Conséquences : rhinites et conjonctivites, toux et respiration sifflantes, eczémas ou urticaires. La forme la plus sévère étant la crise d’asthme.

 

  • Les infections évoluent

Le réchauffement climatique pourrait changer la géographie des risques infectieux. Du fait des températures, les vecteurs de certaines pathologies pourraient se faire plus nombreux dans l’hémisphère nord, comme le moustique tigre, vecteur de la dengue ou du chikungunya.

Les tiques pourraient aussi être plus nombreuses. Responsables de la maladie de Lyme, elles sont en effet sensibles au froid. Avec quelques degrés de plus, finie la trêve hivernale !

 

 

Pourtant, des solutions concrètes existent et chacun d’entre nous peut agir. Quelques pistes pour vous guider…

 

Adaptez-vous alimentation

Selon l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), « le secteur alimentaire représente 15 à 30% des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans les pays développés ». Ainsi, mangeons moins de viande. C’est l’aliment le plus impactant. Et privilégions les fruits et légumes de saison Comme le rappelle l’Association

60 Millions de consommateurs, « une tomate cultivée sous serre chauffée émettrait 7,3 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate produite en saison. »

 

Utilisez des transports « doux »

Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), « en ville, 40 % des trajets quotidiens effectués en voiture font moins de 3 km et sont 2 fois plus polluants qu'un trajet de plus grande distance ». Pourquoi ne pas se tourner vers les transports en commun, la marche ou le vélo ?

 

Luttez contre la déforestation

Oui, vous avez bien lu, cette lutte est possible à l’échelle individuelle. Au moment d’acheter des produits provenant des arbres (papier, meubles…), vérifiez la présence des labels Forest Stewardship Council (FSC) ou Programme Européen des Forêts Certifiées (PEFC). Vous contribuerez à la préservation des forêts.

 

Triez vos déchets

Un geste précieux. Selon l’entreprise Eco-Emballages, « l'émission de gaz à effet de serre est de 1,68 tonne par an et par habitant. » Grâce au tri et au recyclage, vous pouvez réduire ces émissions. « 1 tonne de bouteilles et flacons en plastique recyclée, ce sont 2 tonnes de CO2 économisées ».

 

Vous l’aurez compris, la somme de ces petits gestes quotidiens de chacun pourra produire de grands effets pour notre planète, notre santé et celle des générations à venir.

 

 

Sources

Organisation mondiale de la Santé – Inserm – Santé publique France – Inra – Ademe – Eco-Emballages où sont les liens ?

Inserm, Science et Santé n°28, Novembre-Décembre 2015 – Changement climatique, menaces sur notre santé !

Ces articles peuvent vous intéresser

Quand restaurant rime avec environnement !

Quand restaurant rime avec environnement !

Eovi Mcd mag vous emmène visiter les cuisines de Nathan Hello, chef du restaurant Dupin à Paris, dont la carte s’inscrit dans une démarche 0 carbone.

Diminuez vos déchets, mode d’emploi

Diminuez vos déchets, mode d’emploi

Et si en 2020, vous mettiez votre poubelle au régime ? Membre de l’association Zero Waste France, Gaëlle livre ses astuces pour réduire le volume de vos déchets doucement mais sûrement.


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X