Déconfinement : comment accompagner nos enfants ?

Après huit semaines de confinement, les enfants ont besoin de nouveaux repères. Florence Millot*, psychologue, nous explique comment les aider à se déconfiner.

Quels sont les effets du confinement sur les enfants ?

Il faut bien avoir à l’esprit que huit semaines à l’échelle d’une vie d’enfant c’est énorme. Leur corps s’est adapté à leur nouveau rythme de vie : ils se lèvent plus tard, les horaires des repas ont changé et les écrans ont pris une place très importante dans leur quotidien pour suivre les cours ou pour se divertir. Les jeunes sont globalement très résilients ce qui leur a permis de tirer le meilleur parti de cette période. Cependant, l’enfermement et l’ennui ont pu provoquer chez certains une légère mélancolie : l’enfant délaisse ses jouets, n’arrive plus à se concentrer. Dans un premier temps, il est important de parler avec lui, de l’écouter pour qu’il verbalise son éventuel mal-être. Ensuite, il faut lui proposer des distractions en organisant des activités en rupture avec son quotidien (petite fête, sortie, etc.). Et si besoin, il ne faut pas hésiter à solliciter l’aide d’un professionnel. 

Comment les accompagner pendant le déconfinement ?

La première chose est d’être honnête. Il n’y a aucun mal à expliquer à son enfant que pour l’instant on ne sait pas quand tout rentrera dans l’ordre. Ensuite, il faut avoir conscience qu'il est difficile de préparer les plus jeunes à quelque chose d'aussi vague. Tant que l'école n'aura pas repris pour tout le monde, à une fréquence normale, le déconfinement restera très abstrait pour eux. Il sera donc difficile de les inciter à changer les habitudes prises pendant le confinement. Ce n’est pas pour autant qu’ils sont devenus des « enfants rois ». Vous avez assoupli les règles ces huit dernières semaines, ce qui est tout à fait normal surtout si vous télétravaillez. 
Si vous estimez nécessaire de réintroduire un cadre dès à présent, vous pouvez avancer l’heure du coucher de 10 minutes chaque soir par exemple. Vous pouvez également organiser des sorties pour les réhabituer au grand air ou les dépayser. Non seulement vous leur donnerez envie de se dépenser comme avant, mais vous les détournerez des écrans. Enfin, n’hésitez pas à les « resocialiser » en invitant quelques amis à la maison tout en respectant les gestes barrières. 

Qu’en est-il des adolescents ?

La surexposition des jeunes aux écrans était un problème bien avant le 17 mars. Le confinement n’a rien arrangé. Le stress généré par le discours des médias, par les informations qui circulent sur Internet, par l’impossibilité de voir ses amis, par la pression des parents autour des devoirs, les ont amenés à se replier sur la première source de plaisir immédiat à leur disposition : les écrans (jeux vidéo, réseaux sociaux, séries…). Cette réaction est tout à fait normale. Pour eux, le déconfinement passe avant tout par l’affectif et donc les amis. Proposez-leur d’en inviter un ou deux ou, mieux, de sortir les voir. Toutefois, il ne sert à rien de vouloir réimposer un cadre trop strict, trop rapidement car les grandes vacances approchent. Traditionnellement pendant cette période, les parents sont plus souples. Cette année, au contraire, ce pourrait être l’occasion de réintroduire progressivement les règles du quotidien : alimentation équilibrée, activité physique, moins d’écran, plus de devoirs… Avec en ligne de mire la rentrée de septembre. En espérant que d’ici là, la vie ait repris son cours. 

Certains enfants retournent à l’école, d’autres non, faute de place ou parce que leurs parents refusent de les y envoyer. Comment tirer le meilleur parti de chaque situation ? 

Quel que soit votre choix, faites-vous confiance ! Vous avez le droit d’avoir peur pour vos enfants. Vous avez le droit d’avoir confiance dans les professionnels de l’éducation et dans les mesures de protection qui sont déployées. Par ailleurs, nous ne sommes pas égaux dans le confinement. Il est normal qu'une famille qui vit dans un petit appartement, sans extérieur soit plus encline à remettre ses enfants à l'école. Ces derniers retrouveront quelques camarades, leur enseignant, un cadre pour apprendre. 
Les parents qui préféreront ou qui devront garder leurs enfants à la maison pourront en profiter pour les inciter à participer davantage aux tâches domestiques, les responsabiliser, surtout s’ils télétravaillent. Ils pourront aussi passer davantage de temps avec eux. Après tout, la période que nous venons de vivre n'est, espérons-le, pas près de se reproduire. Alors autant profiter de ces moments en famille avant que le quotidien, et ses contraintes horaires, ne reprenne ses droits. 

Comment réagir face à un enfant qui refuse de rester à la maison ou d’aller à l’école ? 

Il faut l'écouter et parler avec lui pour comprendre ce qui motive son opposition. Un enfant qui insiste pour retourner en classe, surtout en primaire, veut retrouver ses copains et/ou apprendre de nouvelles choses. Dans ce cas, invitez un ou deux amis le temps d’un après-midi. Pour les occuper, Internet est votre allié. Vous y trouverez certainement une ou deux activités qu’ils n’ont jamais faites. 
Si l’enfant ne veut pas aller à l’école, il faut l’aider à exprimer son angoisse : a-t-il peur d’être malade ? A-t-il peur de mourir ? Essayez de comprendre comment il s’imagine la maladie et rassurez-le en étant le plus honnête possible. Proposez-lui « d’essayer » une journée en lui promettant, si vous en avez la possibilité, d’aller le chercher s’il ne se sent pas bien. En lui offrant une échappatoire, vous le mettez en confiance. Il sera plus enclin à reprendre le chemin de l’école.

Comment gérer le retour à l’école pour qu’il se passe le mieux possible ?

Là encore, il faut jouer la carte de la transparence, expliquer comment les journées vont se passer, les mesures sanitaires qui ont été prises, réexpliquer les gestes barrière... Si tout a été prévu pour que les enfants respectent la distanciation sociale, ils ne se poseront pas trop de questions. Ils suivront les règles. Malgré tout, restez à leur écoute. Les enfants sont généralement très francs. S’ils ne se sentent pas bien, ils le disent. Quant au protocole du gouvernement, il y a la théorie et la pratique... Même si les établissements mettent tout en œuvre pour le respecter, il sera difficile d’empêcher les élèves de se rapprocher, de jouer ensemble. 

Comment s’assurer que nos enfants ne prennent pas de retard dans leurs apprentissages ?

Bien sûr le confinement a pour effet d’accentuer les inégalités scolaires. Toutefois, tous les élèves sont moins concentrés, moins motivés. Ils tous ont pris du retard sur le programme. Il est important que les parents acceptent cet état de fait. Pour les plus jeunes, les grandes vacances pourront être l'occasion de rattraper le retard accumulé grâce aux fameux cahiers vacances par exemple. Pour les plus grands et notamment les adolescents, c'est un peu plus compliqué. La relation d'apprentissage avec les parents est souvent conflictuelle. Harceler votre ado pour qu’il travail ou tenter de remplacer son professeur est généralement contre-productif. Essayez plutôt d’imaginer avec lui de nouvelles manières de travailler qui font appel à sa créativité. S'il aime dessiner, pourquoi ne pas créer un manga à partir de son cours d'histoire ? S'il aime les jeux de société pourquoi ne pas vous défier lors d'un quizz géant dont il aura préparé les questions ?

Pour en savoir plus

* Florence Millot est psychologue pour enfants et adolescents et psycho-pédagogue. Elle est l'auteure de nombreux ouvrages dont La petite boîte pour vivre la communication non-violente au quotidien.

Ces articles peuvent vous intéresser

Tout comprendre du Syndrome de la tête plate

Tout comprendre du Syndrome de la tête plate

Zoom sur les dernières recommandations de la HAS sur la prévention de la plagiocéphalie. Une pathologie impressionnante mais bénigne qui inquiète de nombreux parents.

Et si on changeait nos modes de transport ?

Et si on changeait nos modes de transport ?

La situation sanitaire et écologique nous invite à modifier nos habitudes. Et si nous en profitions pour adopter des moyens de transport bons pour nous et pour la planète ? 


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X