Les IST, parlons-en !

21/06/19

Enfin l’été et avec lui repos, vacances, découvertes, aventures mais aussi séduction, rencontres et pourquoi pas, premières expériences sexuelles !

La sexualité est un domaine de la vie très personnel et intime. Il est parfois difficile d’en parler, même avec ses proches. Pourtant, souvent un grand nombre de questions se posent, notamment sur les infections sexuellement transmissibles (IST)…

 

Les IST, on en entend beaucoup parler mais concrètement, qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des infections qui se transmettent par voie sexuelle. Lors d’une relation sexuelle non protégée, des virus, bactéries, champignons ou organismes unicellulaires peuvent être transmis d’un partenaire à l’autre et seront responsables d’une pathologie. La contamination peut s’effectuer, quel que soit le type de rapport (pénétration vaginale ou anale, fellation, cunnilingus…). Cependant, certains sont plus à risques que d’autres, tels les rapports anaux, du fait du risque accru de lésions de la muqueuse, beaucoup plus fragile.

 Il suffit d’un seul rapport non protégé pour les contracter. Certaines infections sont plus bénignes et peuvent facilement être soignées mais d’autres sont beaucoup plus graves et laissent des séquelles pouvant entrainer une stérilité ou encore la mort.

Il en existe un grand nombre. Dans les plus connues :

  • L’herpès, une fois contracté, le virus qui est responsable de cette infection reste à vie dans notre organisme. Les irruptions très douloureuses de boutons qu’il provoque, au niveau des organes génitaux, reviennent plus ou moins fréquemment au cours de la vie.
  • La syphilis va apparaitre sous la forme d’une petite ulcération aux niveaux des organes génitaux, de l’anus ou de la bouche, non traitée elle peut, au bout de quelques années atteindre le système nerveux, le cœur et peut entrainer la mort.
  • L’hépatite B se transmet principalement par voie sexuelle et sanguine. Cette maladie est responsable de l’inflammation et de la destruction des cellules du foie.
  • Le SIDA : cette maladie, tristement célèbre pour ses ravages à travers le monde, détruit le système immunitaire. Il n’existe pas de traitement, ni de vaccin pour éradiquer ce virus. Cette maladie est mortelle.

Il en existe beaucoup d’autres avec des symptômes plus ou moins visibles c’est pourquoi, au moindre doute (démangeaisons, rougeurs, brulures, boutons, écoulements anormaux au niveau des organes sexuels…), il est important de consulter son médecin. Il pourra vous traiter au plus tôt s’il s’agit d’une IST, ainsi que, si nécessaire, votre partenaire.

 

Les bons réflexes pour ne pas contracter une IST

Utilisez un préservatif masculin ou féminin, c’est le seul moyen de protection contre les IST lors de rapports de types génitaux ou anaux. Pour la fellation et le cunnilingus, il existe des moyens de protection locaux tels que les digues dentaires (carré de latex).

Les moyens contraceptifs comme la pilule ou le stérilet ne protègent pas contre les IST.

Les IST ne se transmettent pas par les gestes de la vie quotidienne (poignée de main…) ni par l’utilisation d’équipement publics (piscines, toilettes…).

 

En cas de rapport non protégé que faire ?

Vous n’avez pas mis de préservatif ou ce dernier a glissé ou cassé ? Il est important de consulter un médecin dans les 48 heures, afin d’évaluer les risques de contamination par le virus du SIDA. Si le risque est élevé, une trithérapie de prévention peut être mise en place.

Par ailleurs, il faut penser à protéger les rapports ultérieurs et surveiller l’apparition de symptômes inhabituels pouvant être révélateurs d’une IST.

Pour un été réussi, n’oubliez pas que vous respecter et vous protéger, vous et les autres, font partie des éléments essentiels pour avoir une sexualité épanouie, que le rapport soit occasionnel ou inscrit dans une relation durable.


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X