Enfants : des jeux à l’hôpital pour alléger les soins

enfants

Les hôpitaux multiplient les activités ludiques destinées aux jeunes patients. L’objectif ? Déstresser les enfants pour qu’ils vivent mieux les soins et les examens médicaux.

 

Depuis quelques années, les services de pédiatrie et d’oncologie, les urgences pédiatriques ou les hôpitaux de jour multiplient les initiatives ludiques pour accueillir différemment les enfants, avec l’aide d’associations comme Les Blouses Roses, Main dans la main ou Le Petit Monde. Le jeu présente de nombreux avantages, qu’il soit proposé dans les chambres ou dans les salles d’attente des hôpitaux. « Grâce au jeu, le temps passe plus vite, l’enfant oublie un moment sa maladie ; il diminue les tensions », commente Joseline Duquerrois, présidente des Blouses Roses. « Le personnel soignant bénéficie ainsi d'un environnement apaisé et peut se concentrer davantage sur les soins », complète Marie-Pia Rothschild, présidente de Main dans la main.

 

Une voiture téléguidée pour se rendre en salle d’examen

La scène se déroule à l’Hôpital Sud de Rennes. Devant les yeux de sa maman, Hugo, 4 ans, s’installe dans une mini-voiture électronique… Une Porsche ! Et il se met en route, le sourire aux lèvres. Hugo doit passer un examen et sa voiture, téléguidée par un infirmier, le conduit en salle d’examen. Le service de pédiatrie dispose ainsi de 5 « bolides » pour ses petits patients. Un achat initié par l’association Les Blouses Roses et financé par Eovi Mcd mutuelle, qui permet aux enfants de ne pas être brancardés et de se rendre à l’examen de façon ludique.

 

Réduire les tensions avant l’examen d’IRM

A l’hôpital Necker, à Paris, Antoine, 6 ans, doit passer un examen d’IRM (imagerie par résonnance magnétique). Une bénévole de l’association Main dans la main l’emmène dans une salle pour jouer à l’IRM en Jeu. Conçu et breveté par l’association Le Petit Monde, ce dispositif comprend un simulateur d’appareil d’IRM pour apprendre à l’enfant à rester immobile pendant l’examen et à ne pas avoir peur du bruit. « L'IRM en Jeu ainsi que le « cinéma vision », des lunettes 3D permettant de voir un film vidéo pendant l’examen, ont réduit de moitié le nombre de sédations et diminué fortement les risques liés au médicament », constate Catherine Lafaye, cadre de santé au service d’Imagerie pédiatrique de l'hôpital Necker Enfants malades à Paris. « Grâce à cette préparation, nous avons des images de meilleure qualité, ce qui nous évite de recommencer certaines séquences. C'est bénéfique pour tout le monde ! », ajoute Sylvie Ninou, radiologue au service de radiologie pédiatrique de l'hôpital Femme-Mère-Enfant de Lyon qui a également mis en place cette animation. Pour Catherine Lafaye, les bénévoles et les activités permettent d’optimiser la qualité de la prise en charge des enfants en salle d'attente. Les parents, souvent plus stressés que leurs enfants, sont aussi rassurés.

 

Apaiser les enfants avec des histoires

Autre exemple : celui du Centre hospitalier Alpes Léman à Contamines-sur-Arve (Haute-Savoie). Le Dr Hervé Testard, chef de service Pédiatrie, ausculte un nounours devant Victoire, 6 ans. « Je montre à mes jeunes patients sur une peluche que je vais écouter leur cœur, palper leur ventre ou regarder leurs oreilles. Les enfants sont plus détendus et nous pouvons réaliser l’examen dans de bonnes conditions », raconte le praticien. Dans une chambre du service, une infirmière lit un livre à Killian, 7 ans, qui va se faire opérer. Une histoire élaborée par des infirmières de l’hôpital pour raconter aux enfants comment se déroule une opération. « Grâce à cet environnement, les enfants gardent un "bon" souvenir de leur séjour à l’hôpital. C’est important notamment pour ceux qui doivent continuer les soins en hôpital de jour », conclut Caroline Hamrouni, cadre de santé au service pédiatrie du Centre hospitalier de Chartres, qui accueille les bénévoles des Blouses Roses depuis 2002, ainsi que des clowns.

Découvrez aussi ce reportage vidéo au Centre hospitalier Alpes Léman à Contamines-sur-Arve (Haute-Savoie).

 

Ces articles peuvent vous intéresser

Deaflympics, le sport comme défi

Deaflympics, le sport comme défi

Etre sportif de haut niveau, en étant sourd ou malentendant, c’est possible et ils le prouvent. Découvrez les Deaflympics !

Comment soigner la bronchiolite ?

Comment soigner la bronchiolite ?

La bronchiolite touche les enfants avant deux ans. Comment la soigner ? Découvrez les conseils de Mirela Birlan, kinésithérapeute.

Quel sport pour votre enfant ?

Quel sport pour votre enfant ?

Véritable casse-tête pour les enfants et leurs parents, à la rentrée et même après, quelques conseils pour vous aider à choisir le sport qui correspond à votre enfant.

Allaiter ou ne pas allaiter : et si on s’écoutait ?

Allaiter ou ne pas allaiter : et si on s’écoutait ?

Allaitement ou biberon ? Prenez votre décision sereinement, en connaissance de cause et sans aucune culpabilité. L’essentiel est de suivre votre envie.

« Ca fait 16 ans que je joue et c’est ma passion ! », témoignage de Laura Condon, footballeuse

« Ca fait 16 ans que je joue et c’est ma passion ! », témoignage de Laura Condon, footballeuse

Le foot, un sport de garçon ? Pas si sûr ! La preuve avec le témoignage de Laura Condon, joueuse de foot féminin à l’AS Saint-Etienne.

Obésité infantile : prévenir plutôt que guérir

Obésité infantile : prévenir plutôt que guérir

Zoom sur l’expérimentation « Mission : retrouve ton cap » qui vise à réduire l’obésité chez les enfants en les prenant en charge dès leur plus jeune âge.

Les lunettes de soleil, c’est dès la naissance !

Les lunettes de soleil, c’est dès la naissance !

Votre enfant a besoin de lunettes de soleil ? Laurent, opticien du réseau Kalivia, vous aide à choisir l’équipement adapté à l’âge de votre petit.