« Protéger les plus fragiles avec une grande part d’humanité »

Au sein de l’Ehpad Le Logis de Hauteroche*, en Occitanie, Pascale Coulot et son équipe doivent continuellement s’adapter pour gérer au mieux la crise sanitaire. Entretien.

Eovi Mcd mag - bannière représentant une famille qui se promène dans la nature
05/05/20
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Comment la gestion de la crise sanitaire a impacté la vie au sein de l’Ehpad ?

Pascale Coulot : Dès les premières annonces liées aux mesures barrières et à la distanciation sociale, nous avons dû réorganiser toute notre activité. Nous avons réaménagé les salles à manger pour maintenir plus d’un mètre entre chaque résident. Nous avons réduit le nombre de participants aux activités collectives pour éviter les contacts au maximum. 
Lorsque le confinement en chambre a été recommandé, nous l’avons respecté mais avec certains aménagements. Protéger les plus fragiles avec une grande part d’humanité est indispensable. Nous avons mis un point d’honneur à leur offrir des espaces de liberté auxquels ils ont le droit, via des animations individuelles et un système de rotation pour les sorties dans le jardin.

Comment vous êtes-vous adaptés ?

P.C. : Passé le premier choc et la réorganisation de l’activité dans une urgence relative, nous sommes aujourd’hui plus sereins. Chacun a pris ses marques. La frontière entre les tâches des uns et des autres est peut-être moins marquée, mais cela fonctionne bien, une vraie solidarité et un réel esprit d’entraide se sont instaurés. 

"Tout le monde doit avoir le même niveau d’information"

Nous avons mis en place des parcours individualisés, adaptés aux besoins de chaque résident. Tous les professionnels ont donc repensé leur mode d’exercice. Par exemple, pour préserver la santé physique, essentielle au maintien de l’autonomie, l’ergothérapeute et la psychomotricienne proposent des exercices individuels mais plus courts. Ainsi, elles essaient de voir un maximum de personnes dans la journée. Les animatrices ont réorganisé notre loto hebdomadaire par couloirs, les résidents s’installant sur le pas de leur porte pour jouer.
Il me paraît indispensable de communiquer régulièrement. Lors des réunions journalières de transmission, j’organise des sessions de questions-réponses pour que tout le monde ait le même niveau d’information et puisse, si besoin, exprimer ses angoisses ou ses difficultés. 

Quelles difficultés rencontrez-vous au quotidien ?

P.C. : Nous sommes confrontés à une maladie nouvelle, méconnue. Les connaissances et les recommandations évoluent tous les jours. Nous devons constamment être en alerte, assimiler toutes les informations transmises par l’Agence régionale de santé et nous adapter en permanence. Ainsi, lorsque nous avons appris que les troubles digestifs constituaient un des points d’entrée de la maladie chez les personnes âgées, nous avons revu tous nos protocoles pour inclure ce nouveau point de vigilance. L’approvisionnement en matériel de protection constitue également un défi quotidien. Même si aujourd’hui nous possédons tout l’équipement nécessaire, nous sommes en flux tendu. 

"Nous sommes confrontés à une maladie nouvelle, méconnue"

Chaque membre de l’équipe a également une responsabilité : celle de contenir le virus à l’extérieur de l’établissement. Même hors de l’Ehpad, nous devons rester extrêmement vigilants et nous assurer qu’avec nos proches nous respectons tous scrupuleusement les gestes barrières. Il en va de la sécurité de nos résidents.

Comment les surmontez-vous ?

P.C. : Lorsqu’une situation de crise survient, un responsable d’établissement peut parfois se sentir seul alors qu’il doit prendre un certain nombre de décisions sans aucune certitude. À titre personnel, je n’ai pas eu ce sentiment parce que, dès le début de la crise, tous mes collaborateurs ont été mobilisés et m’ont véritablement soutenue. J’ai également pu compter sur le soutien de mes collègues directeurs des autres Ehpad du groupe Languedoc Mutualité, de la direction générale, très impliquée, ainsi que de la cellule de crise mise en place par Eovi Mcd Santé et Services.

Sources

*L'Ehpad Le Logis de Hauteroche est un établissement mutualiste du groupe Eovi Mcd Santé et Services

Ces articles peuvent vous intéresser

Déconfinement, comment reprendre le travail sereinement ?

Déconfinement, comment reprendre le travail sereinement ?

Alors que le déconfinement s’intensifie, comment reprendre le chemin du travail avec sérénité ? Éléments de réponse avec Marie Benoît-Beaupère, psychologue du travail. 

Déconfinement : comment accompagner nos enfants ?

Déconfinement : comment accompagner nos enfants ?

Après huit semaines de confinement, les enfants ont besoin de nouveaux repères. Florence Millot*, psychologue, nous explique comment les aider à se déconfiner.


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X