Offrir une vraie qualité de vie à nos aînés

Eovi Mcd mutuelle
cité des ainés

Située au cœur de Saint-Étienne, la future Cité des Aînés repose sur un concept simple : maintenir le lien social entre les personnes âgées et le reste de la population stéphanoise. Jacques Varennes, architecte, nous en dit plus sur ce projet innovant.

 

Qu’est-ce que la Cité des Aînés ?

Ce projet est né il y a trois ans. À l’origine, nous devions construire un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de 88 lits pour la Mutualité française Loire-Haute-Loire. Lors d’échanges avec la mairie de Saint-Étienne, il nous a été proposé d’intégrer dans notre projet la réhabilitation de deux autres résidences municipales. Aujourd’hui, la Cité des Aînés se compose d’un Ehpad de 159 lits (+ 1 lit), d’une résidence autonomie (35 logements) et de 12 logements sociaux adaptés aux personnes en situation de dépendance.

 

En quoi la Cité des Aînés est-elle un projet novateur ?

Notre ambition est d’offrir une vraie qualité de vie à nos aînés. Et de remédier à l’isolement dont ils souffrent en favorisant la création d’un lien social fort entre les habitants du quartier et les résidents.

La Cité se situe au cœur de Saint-Étienne, sur un îlot, au croisement des rues Testenoire-Lafayette et du Guizay. Elle sera ouverte sur la ville avec une rue piétonne jalonnée de commerces. On y trouvera un restaurant, un coin bar, des espaces bien-être, des salles dédiées aux associations… En résumé, tous les éléments constitutifs d’une vraie vie de village.

Dans le même esprit, la création de jardins partagés vise à faciliter les interactions entre les personnes âgées et les habitants du quartier. De manière globale, le site sera très vert, tous les murs seront végétalisés. Après tout, ce n’est pas parce qu’on est en ville que tout doit être bétonné ! 

 

 Comment cet esprit se traduira à l’intérieur des bâtiments ? 

Avec ce projet, nous avons l’opportunité de casser les codes habituels des Ehpad et des hôpitaux tout en respectant les contraintes associées à la construction de tels bâtiments. Nous avons travaillé à la fois avec des gérontologues, des ergothérapeutes, des décorateurs, des éclairagistes… pour humaniser l’architecture et limiter au maximum l’atmosphère médicale propre à ce type d’établissements. 

Par exemple, dans l’Ehpad, nous avons réduit le nombre de couloirs et favorisé un éclairage naturel. Le mobilier sera fabriqué sur mesure avec des matériaux soigneusement choisis pour créer des ambiances plus feutrées, moins froides. Dans la résidence autonomie, des failles vitrées, dans les couloirs, créeront un lien avec l’extérieur et les cuisines seront dessinées et adaptées aux personnes âgées.

Ces aménagements auront un impact sur les conditions de travail des personnels médicaux et paramédicaux. D’une part parce que la Cité sera un lieu ouvert, avec du passage. D’autre part parce qu’elle constituera un véritable terrain d’expérimentation pour la prise en charge des personnes âgées. La luminothérapie, la domomédecine ou des techniques de préparation culinaire comptent parmi les outils et services qui seront testés.

 

 « Travailler sur un tel projet est un réel bonheur. Notre métier prend alors tout son sens : nous ne créons pas seulement un Ehpad mais un lieu de vie où les personnes âgées se sentent bien, où elles continuent à avoir des contacts avec les gens du quartier. » Jacques Varennes, architecte

 

Ces articles peuvent vous intéresser

Les vacances, vues par Françoise

Les vacances, vues par Françoise

Sur la page Facebook, vous avez voté pour que Françoise nous parle de vacances ! Alors quels sont les préjugés sur les seniors ? 

Les "silver surfeurs"

Les "silver surfeurs"

Ils ont adopté la culture numérique et profitent de la liberté que leur offre Internet : bienvenue aux seniors connectés ! Portrait de ces nouveaux "silver surfeurs".


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X