La retraite, une nouvelle vie

Quitter la vie active est un cap crucial. Atteindre la retraite en forme pour en profiter sereinement est un enjeu majeur, quelques conseils.

07/11/19
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Attendue ou redoutée, la retraite s’accompagne souvent de sentiments en demi-teinte. Chaque année, vers 62 ans, près de 700 000 personnes quittent le monde du travail . Etudes longues, entrée tardive dans la vie active, âge de la retraite différé : les  futures générations pourraient accéder à ce nouvel horizon à un âge plus avancé. C’est dire l’importance d’une bonne hygiène de vie pour y parvenir en forme. D’autant que l’espérance de vie gagne du terrain (79 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes). Pour bien vous préparer à cette étape, de nombreux stages et séminaires se sont développés. Ils permettent de faire le point sur vos envies et vos craintes qu’inspire ce nouveau cap. Des clés pour profiter de votre retraite en toute sérénité.

 

Retraite : attention zone sensible

 

La grande inconnue

La retraite, une aubaine ? Pas toujours. "Même si à 60 ans on n’est pas vieux, quitter la vie active marque le passage vers la vieillesse, C’est une rupture brutale sur le plan social et psychologique", témoigne la psychologue Claudine Badey-Rodriguez qui pilote des stages de préparation à la retraite. Elle peut entraîner :

  • Un sentiment de perte d’utilité ;
  • Un manque de perspectives et une impression de vide ;
  • Des troubles dépressifs.

 

Les étapes clés

Pour éviter un passage difficile, cerner ses envies est préférable. « Activité artistique, méditation, tai-chi… Peu importe le vecteur : se relier à une dimension plus vaste que soi permet de donner du sens à sa vie », insiste Claudine Badey-Rodriguez. C’est le moment d’identifier ce que vous aimez et de vous consacrer à vos passions. Psychologue, Sophie Muffang, qui anime des stages de préparation depuis 20 ans, renchérit :

« La retraite ne signifie pas seulement les vacances. Cela peut être la vacance. Pour l’aborder sereinement, il faut la préparer »

  • Anticipez : sommeil réparateur, exercice, alimentation équilibrée sont vos atouts pour rester en bonne forme jusqu’à la retraite ;
  • Faites le point sur vos rêves et valeurs :
    • Un an et demi avant de raccrocher, voire avant, prenez le temps de réfléchir à votre mode de vie et vos attentes ;
    • Tout est possible : envisagez quelles activités prendront le relais ;
    • Sachez que leur mise en œuvre peut être lente ;
  •  Informez-vous et étudiez votre projet ;
  • Pensez à entretenir et élargir votre cercle social.

 

 

GARE AU SYNDROME DE L’AGENDA

Une fois à la retraite, vouloir mener mille projets est fréquent. « C’est une fuite en avant qui permet d’éviter de se confronter au vide et aux émotions que la retraite suscite, assure Claudine Badey-Rodriguez. Avec cette frénésie, même les plus heureux des retraités courent le risque de traverser une période difficile. Par exemple lorsqu’ils réalisent qu’assumer une telle surcharge n’est plus aussi évident ». Sa consœur Sophie Muffang ne dit pas autre chose : « certains se shootent à l’hyper activité pour se rassurer et risquent d’avoir un réveil difficile, prévient-elle. La grande question est de savoir dire non aux autres, pour se dire oui à soi ».

 

Apprivoiser la retraite

Pour faciliter le passage à la retraite, s’y préparer est un plus. Si tel n’est pas le cas, quelques conseils :

  • Prévoyez une période d’adaptation de six mois à un an ;
  • Anticipez les changements : ne plus fréquenter certains endroits, collègues ou clients peut s’avérer difficile ;
  • Sachez aussi que la retraite influe sur la vie de couple. Habitudes et territoires de chacun : tout est à repenser ;
  • Vous pouvez éprouver de la fatigue ou un sentiment de déprime ;
  • Nostalgie, colère, ennui : exprimez vos ressentis à vos proches ;
  • Apprenez à dire non : selon Sophie Muffang, « bourré de compétences, le retraité est sollicité par tous au prétexte qu’il a du temps. Il peut se retrouver avec un agenda rempli de choses qui ne l’intéressent pas » ;

 

Bouger à tout âge

 

Ralentir le temps

Pour freiner les effets de l’avancée en âge, rien de mieux que l’activité physique. Elle prolonge l’espérance de vie en bonne santé. Un atout pour éviter les pathologies les plus fréquentes après 65 ans. Véritable bouclier contre les maladies, l’exercice régulier permet de :

  • Réduire de moitié le risque d’affections cardiovasculaires :
  • Diminuer le risque de cancer
  • Prévenir l’apparition du diabète ;
  • Améliorer son capital musculaire et osseux ;
  • Développer l’endurance, la souplesse et l’équilibre ;
  • Limiter les possibilités de chute, première cause de décès des plus de 65 ans;
  • Conserver de meilleures fonctions cognitives ;
  • Reculer l’entrée dans la dépendance ;
  • Réguler son poids et garder la ligne ;
  • Améliorer son bien-être émotionnel et moral ;
  • Maintenir sa vitalité et son autonomie ;
  • Favoriser la confiance et l’estime de soi.

 

Les bons réflexes contre la sédentarité

La sédentarité guette 50% des retraités, contre 31% des 18-64 ans. Après 65 ans, les seniors font 22% de pas en moins que leurs cadets . Des habitudes faciles à modifier. Beaucoup restent d’ailleurs actifs : 47% pratiquent une ou plusieurs activités physiques. A tout âge, les possibilités de bouger sont nombreuses. Pour vous remettre en mouvement :

  • Limitez transports motorisés, ascenseurs, télévision, jeux vidéo ;
  • Faites vos déplacements à pied ou à vélo, bricolez, jardinez ;
  • Voyez vos amis ou vos petits-enfants : toutes les occasions sont bonnes pour vous oxygéner et sortir ;
  • Pratiquez l’exercice dont vous avez toujours rêvé ;
  • Les centres communaux d’action sociale peuvent vous aider à trouver des disciplines adaptées.

 

Rester actif après 60 ans

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), pratiquer 2h30 d’activité modérée ou 1h15 d’activité soutenue par semaine est la clé pour rester un senior en forme :

  • Démarrez en douceur avec 30 minutes cinq fois par semaine ;
  • Pour les zélés, 5h d’exercice modéré par semaine ou 2h30 soutenues, augmentent les bienfaits pour la santé ;
  • Avant de reprendre une activité sportive, les praticiens recommandent de réaliser un test d’effort  ;
  • En cas de problèmes de santé, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin pour adapter votre pratique à vos capacités ;

Pour les seniors fragilisés ou à mobilité réduite, des pratiques spécifiques permettant d’améliorer l’équilibre ou de prévenir les chutes peuvent être recommandées ; Vous pouvez retrouver des ateliers prévention dans vos agences.

Si l’exercice physique n’est pas possible, il est conseillé d’être aussi actif que son état de santé le permet.

 

A table !

 

Conjuguez petits plats et forme après 60 ans

 « Bien vivre sa retraite, c’est aussi soigner son corps en mangeant correctement », insiste Claudine Badey-Rodriguez. Avec le temps, les besoins nutritionnels changent . « Contrairement aux idées reçues, (ils) ne diminuent pas et certains augmentent » . Evitez les tracas de santé liés à l’âge (hypertension, cholestérol, maladies cardiovasculaires, ostéoporose, surpoids…), passe par une alimentation saine et variée, qui diminue les effets du vieillissement. Elle va de pair avec la dimension plaisir. Une bonne table à base d’aliments équilibrés ? Un sésame pour être bien dans son assiette. Suivez le guide  :

  • Les produits laitiers quatre fois par jour couvrent les besoins en calcium ;
  • Avec l’âge la sensation de soif peut diminuer. Potages, tisanes, thé, eau : pensez à boire l’équivalent de 1,5 litre par jour ;
  • Optez pour une alimentation riche en fibres (pain, pâtes et riz complets, fruits, légumes) ;
  • Mangez « une à deux fois par jour, de la viande ou du poisson ou de l’œuf »
  • Attention au sel : il peut provoquer des problèmes d’hypertension et de rétention d’eau ;
  • Privilégiez des repas réguliers, trois si possible, avec une à deux collations selon vos besoins (laissez-vous tenter par un fruit, un légume ou des fruits secs). Votre atout forme.

 

 

Pour en savoir plus

Ces articles peuvent vous intéresser

Activité partielle : maintien des garanties santé et prévoyance

Activité partielle : maintien des garanties santé et prévoyance

Les garanties collectives de prévoyance complémentaire des salariés en activité partielle sont maintenues malgré la suspension de contrats de travail. Précisions sur cette mesure temporaire.  

Télétravail : quels sont les frais pris en charge par l’employeur ?

Télétravail : quels sont les frais pris en charge par l’employeur ?

Alors que le télétravail est généralisé partout en France, celui-peut engendrer certains coûts.  Abonnement internet, matériel, titres déjeuners … Quels sont les frais pris en charge par l’employeur ? Devez-vous verser des indemnités ? 


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X