Comment gérer les problèmes d’addiction au travail ?

alcool
alcool

L’addiction est un sujet tabou dans les entreprises. Pour vous aider à mieux gérer ce type de situation, le point avec le fonds Actions Addictions.

Comment prévenir les addictions sur le lieu de travail ?

 

Adoptez un plan d’action pour lever le tabou. N’hésitez pas à communiquer sur le sujet en interne ainsi qu’à mettre à disposition de vos salariés des outils d'autoévaluation et des liens vers des dispositifs d’accompagnement. Vous contribuerez ainsi à créer un climat dans lequel les gens sont plus à l’aise pour aborder le problème avec un collègue.

Autodiagnostiquez votre entreprise. Stress, surcharge ou manque de travail, tensions au sein des équipes… Il est important de vous interroger sur l’environnement de travail proposé à vos salariés. Autrement, les actions de prévention n’auront pas d’impact.

Opérez, si besoin, des changements culturels. Les sociétés dont le principal lieu de convivialité est le bar voisin ou dont les managers ne sont disponibles qu’en pause cigarette n’encouragent pas, par exemple, à la retenue.
Une plateforme pour aider les manager à gérer les problèmes d'addiction.

addict
 

Quels signes doivent alerter sur une éventuelle dépendance ?

 

Baisse de motivation et manque de concentration, induisant une détérioration de la qualité du travail.

Multiplication des absences et retards sans motifs légitimes.

Changements fréquents d’humeur.

Isolement.

Négligence de l’hygiène personnelle.

Sans oublier certains signes physiques : tremblements des mains, titubation, haleine alcoolisée en début de journée…

 

Comment réagir face à un collaborateur dépendant ?

 

Évitez de le stigmatiser. L’entretien doit être individuel et discret.

Essayez de ne pas le juger. L’échange doit s’appuyer sur des faits précis plutôt que sur des considérations morales. Il s’agit de formuler votre inquiétude et de mettre le salarié face aux problèmes générés dans l’entreprise (baisse de performance, impact sur la charge de travail des collègues, conflits, etc.).

Soyez à l’écoute mais restez ferme. Avant tout, essayez de comprendre d’où vient le problème. Insistez également sur la nécessité pour votre salarié de se soigner, en lui rappelant les exigences liées à son poste. Ensuite, orientez-le vers la médecine du travail ou les structures d’accompagnement adéquates.

Laissez-lui sa chance. À la fin de l’échange, formulez des objectifs d’amélioration et fixez la date d’un nouvel entretien, quelques semaines plus tard, pour faire le bilan. Le tout devra être notifié par écrit, et signé par les deux parties.

Si rien ne change, sévissez. Il convient d’évoquer, de façon proportionnée, d’éventuelles sanctions : avertissements, voire séparation. Placé devant ses responsabilités, votre salarié aura peut-être un électrochoc et réagira. Ce n’est qu’en cas d’échec de toutes les démarches de prévention et de prise en charge, que vous pourrez envisager un licenciement.

 

Merci au Pr Michel Reynaud, président du fonds Actions Addictions pour son aide.

Pour en savoir plus

Le fonds Actions Addictions fédère des associations de patients, des structures de soins et des unités de recherche autour de la dépendance. Lancé fin novembre, le portail de ressources addict AIDE - travail offre aux entreprises des conseils et des réponses à leurs questions afin de prévenir et gérer de telles situations.

Ces articles peuvent vous intéresser

Service sanitaire obligatoire : 1 an déjà !

Service sanitaire obligatoire : 1 an déjà !

Depuis la rentrée 2018, 47 000 étudiants en santé ont démarré leur service sanitaire en France. Alors, quel bilan tirer de cette première année ?

En vacances, débranchez tout

En vacances, débranchez tout

Contraintes professionnelles, portables… De plus en plus de Français ont du mal à profiter de leurs vacances. Conseils pour lâcher prise au début des congés annuels.


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X