Hydrothérapie : de quoi s’agit-il ?

07/03/19

Balnéothérapie, thermalisme, thalassothérapie désignent tous des thérapies par l’eau. Quelles différences et dans quels cas y recourir ? Eclairage par un expert.

« L’hydrothérapie » utilise les bienfaits de l’eau pour prévenir, traiter et soigner. L’influence de la température de l’eau, chaude et froide, sur la résistance et sur la santé est connue depuis longtemps. Utilisée notamment par les Égyptiens puis dans les thermes romains, qui étaient des lieux de santé mais aussi de socialisation.

L’Hydrothérapie se décline aujourd’hui en 3 techniques principales :

  • la balnéothérapie,
  • la thalassothérapie,
  • la crénothérapie.

Le Docteur Alain Garcia, médecin conseil du groupe Chaîne Thermale du Soleil, présente ces 3 techniques, qui répondent à des besoins et profils de patients différents

 

 

La balnéothérapie

Elle désigne l’ensemble des soins effectués par des bains généraux et locaux.  Il s’agit de bains d’eau douce, utilisés en kinésithérapie, rhumatologie, ortho-traumatologie ou neurologie.

Elle s’adresse aux patients souffrant de raideurs articulaires et musculaires ou de douleurs.

Le bénéfice ? Une plus grande mobilité et ainsi un assouplissement musculaire et articulaire, grâce aux propriétés antalgiques de la température de l’eau, chaude ou froide.

Ces soins peuvent être remboursés par la Sécurité sociale, après demande d’entente préalable, s’ils bénéficient d’une prescription médicale et sont effectués par des masseurs-kinésithérapeutes.

 

La thalassothérapie

Elle utilise l’eau de mer, qui peut être mélangée avec des algues. Aux bienfaits de l’eau s’ajoutent ceux du climat marin connu pour être vivifiant. Il s’agit le plus souvent de séjours courts revitalisants de mise en forme, prônant le bien-être, même si certains centres s’apparentent à des centres de rééducation pour la remise en forme de sportifs de haut niveau.

Les soins ne sont pas médicalement prescrits et ne sont pas remboursés par l’Assurance maladie. Ils concernent le plus souvent une patientèle qui cherche à se détendre et lutter contre le stress.

 

La crénothérapie

Il s’agit d’une balnéothérapie utilisant une eau minérale naturelle, qui mature avec des boues ou utilise des gaz lors de soins délivrés en établissement thermal par la médecine thermale.

Pour rappel, le thermalisme regroupe l’ensemble des activités liées à l’exploitation et à l’utilisation des eaux thermales à visée récréative ou de santé. La médecine thermale, quant à elle, est l’objet principal des activités dispensées au sein des établissements thermaux, elle recoure aux soins de crénothérapie mais aussi à de nombreuses activités médicales et soignantes de prévention et d’éducation en santé, pour la prise en charge des pathologies chroniques.

Aux bienfaits de la balnéothérapie traditionnelle s’ajoutent ceux liés à l’usage des eaux minérales naturelles, dont les propriétés physico-chimiques possèdent des vertus thérapeutiques reconnus par l’Académie de Médecine.

L’avis de celle-ci est requis pour autoriser un établissement thermal à accueillir des patients souffrant d’une ou plusieurs pathologies (rhumatologie, voies respiratoires, phlébologie, maladies cardio-artérielles, affections digestives et métaboliques, affections urinaires et métaboliques, dermatologie, affections de la muqueuse bucco-linguale, neurologie, gynécologie, troubles du développement de l’enfant, affections psychosomatiques).

 

Les soins sont délivrés à l’occasion de cures thermales obligatoirement prescrites par un médecin et comportent 18 jours de soins continus pour bénéficier du remboursement de l’Assurance maladie (65%).

A l’arrivée dans l’établissement thermal, le patient se voit prescrire des soins adaptés à sa pathologie (4 à 6 soins par jour de traitement) par un médecin thermal qui va le suivre tout au long de sa cure au cours de 3 consultations a minima :

  • En début de cure, il dresse un bilan des troubles et effectue un examen initial qui servira de référence.
  • En milieu de cure, il vérifie que tout se passe bien.
  • En fin de cure, il fait l’inventaire des gains et bienfaits de la cure, note les troubles éventuels et établit une lettre de liaison qui sera remise par le patient à son médecin traitant.

Ces soins médicaux sont également remboursés par la Sécurité sociale (70%) sous forme d’un forfait de prise en charge (80 euros pour le suivi médical d’une orientation, 120 euros pour le suivi de 2 orientations). Une seule cure thermale est remboursée par année civile pour une ou 2 orientations traitées au même moment dans l’établissement thermal.

 

Quels sont les différents types de soins et techniques utilisés en crénothérapie ?

 

  1. Les soins à base d’eau minérale naturelle
  • La cure de boisson sous forme d’ingestion de faibles quantités d’eau minérale réparties dans la journée et prescrites par le médecin thermal, est très utilisée pour les pathologies digestives, urinaires et métaboliques.
  • Les bains

 

Bain simple d’eau minérale naturelle permettant aux agents actifs de l’eau minérale de pénétrer au travers de l’épiderme et possédant une action vasodilatatrice et antalgique liée à la température de l’eau.

 

Bain thermal avec aérobain : insufflation de fines bulles d’air qui ajoute au bain simple un effet de massage/drainage.

 

Bain thermal avec douche sous immersion, qui consiste en la diffusion de jets d'eau sous pression assurant un effet de massage de tout ou partie du corps, de façon simultanée ou séquentielle, suivant le sens du retour veineux.

 

Bain thermal avec douche sous-marine effectuée par un agent thermal et dirigée sur les régions du corps indiquées par le médecin thermal.

 

Bain local : bain des mains (manuluves) ou des pieds (pédiluves), accompagnés ou non de douches et de bulles d’air et préconisés en cas de rhumatismes, pour un effet sédatif et antalgique, ainsi que pour les affections respiratoires ou en phlébologie.

 

  • Les douches

Douche thermale générale ou locale au jet donnée à l’aide d’une lance propulsant un jet d’eau thermal sous pression modulée et dirigé par un agent thermal sur tout ou partie du corps indiquée par le médecin thermal (thorax, abdomen…).

 

Douche thermale pénétrante générale, réalisant un balayage hydro massant de jets d’eau multiples injectés par une rampe oscillante sur un patient allongé sur une table.

 

Douche thermale aux mains, avant-bras, aux pieds et jambes, diffusée au travers de plusieurs centaines d’orifices filiformes (exclusivité de la Chaîne Thermale du Soleil).

 

  • Les soins collectifs

Piscine de mobilisation : les mouvements de gymnastique rééducative en piscine, prescrite de façon personnalisée pour chaque curiste sont dirigés par un masseur-kinésithérapeute.

 

Douche sous immersion en piscine : ce soin consiste en un massage intense effectué par un jet automatique d'eau thermale sous-marin dont chacun peut régler la hauteur pour masser la région précisée par le médecin thermal. Il existe une variante sous forte pression (trombe).

 

Couloir de marche : il s'agit d'une déambulation dynamique en eau thermale à contre-courant qui permet d'effectuer une rééducation progressive à l’effort des muscles des membres inférieurs et à favoriser le retour veineux  en activant la pompe des mollets et de la voûte plantaire et en réalisant un massage permanent.

 

  • Les soins spécifiques au traitement de la peau

Dans le traitement des dermatoses (dermatite atopique – eczéma, psoriasis...) sont proposés des soins spécifiques tels que la pulvérisation externe, générale ou locale, d’eau thermale riche en plancton thermal (en micro-gouttelettes de pluie favorisant la détersion, puis la cicatrisation, et diminuant la sensation de prurit). Le médecin thermal peut également administrer une douche filiforme sous forme de jets très fins qui permet de décaper les lésions ou de masser le derme en profondeur.

 

  • Les soins spécifiques au traitement des voies respiratoires

Ce traitement thermal est basé sur l'aérosolthérapie dont le principe est la fragmentation de l'eau thermale en fines particules de dimensions variables selon la méthode utilisée (aérosol individuel ou sonique).

Cette technique assure la pénétration, la diffusion et la fixation des principes actifs de l'eau au niveau de la muqueuse respiratoire. On utilise également des techniques de détersion (pipette, irrigation, pulvérisation nasale et pharyngée) et des techniques utilisant les gaz thermaux (douche nasale gazeuse...), qui favorisent le drainage des voies aériennes supérieures et inférieures. Des prestations médicales complémentaires, douche pharyngée, lavage-drainage des sinus (méthode de déplacement de Proëtz),  insufflation tubo-tympanique sont réalisées uniquement par les médecins thermaux.

 

  1. Les soins à base de vapeur ou de gaz thermal

 

  • Douche de vapeur : jet de vapeur projeté sur les régions du corps définies par le médecin thermal.

 

  • Radio-vaporarium : bain de vapeur d'eau thermale pulvérisée dans des salles closes.

 

  • Douche de gaz thermal sec locale (membres, rachis) : administration sur une articulation donnée du gaz thermal dont la température est adaptée en fonction des indications du médecin thermal.

 

  • Etuve générale : caisson permettant aux gaz thermaux chauds d’envelopper le patient assis en favorisant une sudation selon la température fixée par le médecin.

 

 

  1. Les soins à base de boue thermale
  •    Illutation locale ou générale : les parties du corps désignées par le médecin thermal sont enveloppées dans la boue végéto-minérale, macérée dans l’eau thermale.

 

  • Cataplasmes de boue thermale chaude : appliqués sur les régions désignées par le médecin thermal, ils permettent la diffusion des principes actifs de l’eau thermale et l’amplification des effets décontracturants et antalgiques, grâce à la propriété de la boue qui conserve durablement la chaleur et la diffuse très progressivement sans brûlure malgré la température élevée (44°C).

 

  • Bain de boue local aux mains et aux pieds complétant les douches thermales.

 

  • Bain de boue général (exclusivité de la Chaîne Thermale du Soleil) où le patient est en immersion totale dans une boue fluide (kaolin) mélangée à l’eau thermale, dont la densité lui permet de se mouvoir en état de pesanteur réduite.

 

  1. Autres techniques de soins
      • Thermabike© (exclusivité de la Chaîne Thermale du Soleil) : vélo immergé dans une piscine thermale, avec pédalier ajustable au patient. Il permet selon l’usage, Gonabike© ou Veinocycle©, de faciliter la mobilité articulaire et le renforcement musculaire ou le retour veineux.

 

      • Veinotour© (exclusivité de la Chaîne Thermale du Soleil) : parcours aquatique comportant des contre-courants et plusieurs ateliers thérapeutiques de massage des jambes et des voûtes plantaires notamment.

 

  1. Autres activités en médecine thermale

Parallèlement aux cures thermales de 18 jours, les établissements de la Chaîne Thermale du Soleil proposent des programmes complémentaires non remboursés par l’Assurance maladie.

Beaucoup de ces programmes s’appuient sur les deux expertises développées au sein de des établissements :

    • la Nutrition-santé mise au point par le Chef triplement étoilé depuis plus de 40 ans, Michel Guérard,
    • L’activité physique

Ces deux paramètres sont connus pour favoriser la prévention de grand nombre de maladies et de leurs complications, dont les maladies cancéreuses et cardiovasculaires.

 

Ces cures spécifiques sont particulièrement adaptées à certaines problématiques de santé : fibromyalgie, prothèses de hanche, lombalgies, cervicalgies, arthrose du genou, surcharge pondérale, hypertension artérielle, sommeil, stress, acouphènes, sevrage tabagique, sclérose en plaques, maladie de Parkinson,  ménopause, endométriose...