Demain, tous flexitariens ?

Ni végétariens, ni vegans, les flexitariens prônent une alimentation saine et raisonnée. L’objectif ? Manger mieux, pas seulement pour soi mais aussi pour la planète.

16/10/19
Temps de lecture estimé : 6 minutes

Qu'est-ce que le flexitarisme ?

Depuis 2018, le flexitarisme est entré dans le Larousse sous la définition suivante : " un mode d'alimentation principalement végétarien, mais incluant occasionnellement de la viande ou du poisson". Mais qu'entend-on par "occasionnellement" ? "Entre une fois par semaine et une fois par mois" selon le corpus d'études scientifiques présenté par Edouard Pélissier dans son ouvrage Végétarien, végan ou flexitarien ? publié en 2019.  On est loin des recommandations mises à jour cette année par le Programme national nutrition-santé (PNNS-4), qui fixent :

  • Maximum 500g de viande par semaine (en privilégiant la volaille et en réduisant le porc, bœuf, veau, mouton, agneau, abats), soit en quantité l’équivalent de 3 ou 4 steaks
  • Du poisson 2 fois par semaine, dont un poisson gras (sardine, maquereau, hareng, saumon) pour leur apport en oméga 3

 

Flexitarisme et santé publique : des recommandations communes 

Si le flexitarisme s'éloigne des recommandations de santé publique en termes de quantités de viandes et de poissons, il s'en rapproche fortement sur le reste de notre alimentation. Autrement dit, si vous suivez les conseils de nutrition du PNNS-4, vous êtes plus proches des flexitariens que ce que vous croyez. En effet, les deux recommandent la consommation :

 

  • D'au moins 5 fruits et légumes par jour pour les vitamines et minéraux
  • D'au moins 1 féculent complet par jour (pain, riz, pâtes, semoule, pommes de terre) pour les glucides complexes et les fibres
  • De légumes secs au moins 2 fois par semaine (lentilles, haricots, pois chiches...) pour les fibres et protéines végétales 
  • De produits laitiers 2 fois par jour (yaourt nature, lait et fromages) pour le calcium

 

Le saviez-vous ? Par ses similitudes avec le régime végétarien, le flexitarisme présente des bienfaits dans la prévention des maladies chroniques, de l'hypertension, des maladies cardiovasculaires, du diabète et de l'obésité.

 

Parmi les nouveautés cette année : le PNNS-4 intègre désormais dans ses recommandations la notion de développement durable, en conseillant les produits de saison, si possible bio et les circuits courts. Or, il s'agit d'un axe fort du flexitarisme, qui se veut non seulement bon pour la santé mais aussi bon pour la planète.

 

Flexitarien : le régime idéal pour demain ?

Manger mieux, sans se priver mais aussi sans excès : telle pourrait être la devise des flexitariens. Par "manger mieux", comprenez "choisir mieux" les produits consommés au quotidien. Le flexitarisme met pour cela l'accent sur la consommation de produits de saison, de qualité (idéalement bio) et provenant de circuits courts. "Ecologiser le secteur alimentaire ou manger notre planète : c'est ce qui est au menu aujourd'hui" souligne le professeur Johan Rockström, du Potsdam Institute for Climate Impact Research en Allemagne, coauteur d'une étude de l'université d'Oxford sur le réchauffement climatique (parue dans la revue Nature). Les chercheurs mobilisés dans cette étude prônent un rééquilibrage drastique de l'alimentation mondiale, en réduisant de 75% la consommation de boeuf par personne, de 90% celle de porc, de 50% celle des oeufs et en triplant la consommation de fèves et de légumineuses. L'objectif étant d'éviter une crise alimentaire mondiale avec l'augmentation de la population d'ici 2050 tout en maintenant le réchauffement climatique en dessous de la barre des 2% (l'ensemble de la chaîne alimentaire pesant pour 1/3 des émissions de gaz à effet de serre). 

 

Une "assiette idéale" pour des régimes sains au pluriel 

Pour bien comprendre les modifications que cela implique dans notre alimentation de tous les jours, une quarantaine de scientifiques issus de 16 pays différents ont élaboré un régime type, idéal à la fois pour la santé et pour l'environnement. The Eat-Lancet Commission on Food, Planet, Health vous propose donc une assiette idéale, à décliner en fonction de vos envies et moyens. Il ne s'agit pas d'une véritable "assiette" à composer à chaque repas, mais d'un équilibre à trouver au fil des semaines à travers vos différents repas.

 

 

 

En observant les quantité et le rééquilibrage, vous constatez que les volumes de protéines animales se rapprochent plus du modèle alimentaire flexitarien que des recommandations du PNNS-4. Or, il est possible de respecter les repères de santé publique en compensant avec des protéines végétales. En mars 2019, une "nouvelle flexitarienne" témoignait ainsi dans la presse : "j'ai appris à combiner les protéines végétales des légumineuses et des céréales pour avoir tous les acides aminés au complet comme dans les protéines de la viande". Pour cette ancienne adepte de la viande à tous les repas, c'est une petite révolution. "Je pensais que ça serait fade. En fait il y a une grande diversité de textures en bouche avec les graines des cérales et les oléagineux et c'est succulent !". L'assiette idéale du Eat-Lancet met aussi l'accent sur les fruits et légumes, qui représentent 50% du mode d'alimentation recommandé !

 

Vous avez besoin d'aide pour élaborer des repas sains et variés ? Rendez-vous dans notre rubrique Mieux manger pour découvrir nos recettes !

 

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser

Challenge bien-être n°1 : une semaine sans malbouffe

Challenge bien-être n°1 : une semaine sans malbouffe

Testez un nouveau challenge bien-être chaque semaine ! Prêts ? Top départ pour une semaine sans malbouffe !

Maigrir ? Oui, mais pas n'importe comment, Maryline Jecker

Maigrir ? Oui, mais pas n'importe comment, Maryline Jecker

Avec le retour du soleil, les régimes "miracles" réapparaissent en Une des magazines. Mais peut-on leur faire confiance ? Le point avec Maryline Jecker, diététicienne*.


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X