Alimentation : et si vous testiez la règle des 3 V ?

Végétal, Vrai, Varié : la « règle des 3 V » vise une alimentation saine, durable et éthique. Mas d’où vient cette règle et comment l’appliquer au quotidien ?

02/11/20
Temps de lecture estimé : 2 min

Une règle simple pour protéger votre santé ET la planète 

C’est une approche holistique de l’alimentation, qui au lieu d’isoler chaque aliment en fonction de sa composition (calcium, vitamines, minéraux…) propose au contraire la création d’un « régime protecteur générique et universel ».

Protecteur pour qui ? Pour nous (notre santé) et pour la planète (notre environnement). Anthony Fardet, docteur et chercheur en nutrition préventive, est à l’origine de ce concept : « il s’agit d’un régime riche en produits végétaux, peu transformé et varié ». Une méthode alimentaire simple et accessible si l’on en croit ses travaux.  Alors, comment ça marche ?

Les 3 V en pratique

Penchons-nous sur ce que signifie réellement cette règle des 3V.

  • Végétal : dans ce mode d’alimentation, les produits végétaux représentent « 85% des apports caloriques quotidiens ». En cela, la règle se rapproche de ce qui est déjà pratiqué par les flexitariens. Carottes, panais, brocolis, courgettes, chou-fleur, pommes, poires, oranges… C’est le moment de vous faire plaisir, il y en a pour tous les goûts ! Les produits d’origine animale ne sont pas exclus de cette équation, bien au contraire. Ils sont simplement ramenés à une proportion plus réduite (15%). 

Pour rappel, le Programme national nutrition-santé (PNNS-4) recommande la consommation d’au moins 5 fruits et légumes par jour et la réduction des produits carnés à 500g par semaine.

  • Vrai : par « vrai », comprenez les produits qui n’ont pas été « ultra-transformés » par l’industrie agroalimentaire. Évitez donc les cordons bleus, nuggets, chips, biscuits apéritifs, certains plats cuisinés congelés… Les produits « ultra transformés » ont généralement perdu une grande partie de leurs qualités nutritionnelles et affichent une très haute teneur en sel, sucre, nitrites, colorants, émulsifiants et additifs qui servent à « booster » leur aspect visuel et leur goût. Ils doivent rester l’exception et non la base de l’alimentation. Les « vrais » aliments sont à l’inverse les produits « bruts » peu ou pas transformés.

Notre conseil ? Privilégiez, lorsque cela est possible, les produits frais, locaux et de saison !

  • Varié : diversifiez votre alimentation avec des produits différents ! Certes, la règle des 3 V implique de mélanger majoritairement des fruits et légumes en privilégiant les « vrais » aliments : mais elle préconise aussi d’intégrer à vos différents menus des légumineuses, graines oléagineuses, céréales, viandes (de préférence volaille), poissons, crustacés… Veillez à bien varier les sources également : parmi les céréales par exemple, vous avez le choix entre le blé (pâtes, couscous, pain…) mais aussi le riz, l’avoine, le maïs… L’essentiel est d’ouvrir son horizon (et ses papilles !), d’éviter les excès et surtout… de se faire plaisir ! 

Si l’on suit les recommandations du PNNS-4, il faut « de manger de tout mais en quantités adaptées ».

 

Quels sont les bienfaits d’une alimentation en 3 V ?

Ce mode d’alimentation est finalement assez simple puisqu’il répond à tous les besoins nutritionnels en offrant une grande liberté de choix des produits (de qualité). A l’inverse, les régimes « restrictifs » qui imposent telle ou telle cure d’aliment(s) créent des carences alimentaires et une frustration qui génèrent souvent un « effet rebond » (vous mangez beaucoup plus et moins bien juste après pour « décompenser »). En ce sens, la règle des 3 V est aussi intéressante puisqu’elle intègre pleinement la notion de « plaisir » : plaisir de choisir les bons produits, plaisir de varier les menus, plaisir de découvrir de nouvelles saveurs… 

Autre atout phare : elle encourage à se tourner vers des modes de consommation plus durables (circuits courts, produits locaux, de saison et/ou bio lorsque cela est possible), assurant ainsi la viabilité de nos systèmes alimentaires. Si pour des raisons économiques et pratiques il n’est pas toujours facile de consommer local et bio, vous pouvez toutefois choisir de consommer majoritairement des produits de saison : ce sera déjà un grand pas en avant !

Le saviez-vous ? Le PNNS-4 intègre désormais (et pour la première fois !) la notion de « développement durable » dans ses recommandations. 

De manière générale, la règle des 3 V s’inscrit dans le prolongement du PNNS-4, en allant toutefois un peu plus loin dans la part accordée aux produits végétaux et aliments non « ultra transformés » pour des raisons écologiques et de durabilité de nos systèmes alimentaires. 


Alors, prêts à vous lancer ? Notre rubrique Bien Manger vous dévoile de nombreux conseils et recettes qui vont vous mettre l’eau à la bouche !

 


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X