Les médicaments génériques… bientôt automatiques ?

Eovi Mcd Mutuelle
Eovi Mcd médicaments génériques

Afin d’encourager le recours aux médicaments génériques, la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) 2019 propose deux mesures phares. Explications.

 

Médicaments génériques : deux poids deux mesures

La LFSS 2019 inclut deux mesures pour favoriser le recours aux médicaments génériques. Ainsi, à compter du 1er janvier 2020 :

  • la mention « non substituable » manuscrite sur l’ordonnance sera supprimée au profit d’une mention justifiée sur des critères médicaux objectifs ;
  • les patients qui refuseront sans justification médicale les médicaments génériques proposés par leur pharmacien seront moins bien remboursés.

Pour comprendre le sens de ces deux mesures, il convient de revenir sur ce qu’on appelle les « génériques ». D’où viennent-ils ? Comment fonctionnent-ils ? Sont-ils aussi efficaces que les médicaments « princeps » (originaux) ?

 

Le parcours du médicament générique

Lorsque le brevet d’un médicament arrive à échéance, il tombe dans le domaine public. Cela signifie que des copies du médicament peuvent être commercialisées pour un tarif d’en moyenne 30% inférieur à celui du médicament original. Les raisons de ce coût réduit ? Le prix du médicament générique ne compte pas les frais de recherche qui ont permis d’élaborer le médicament d’origine. C’est la seule différence : les principes actifs, dosages et voies d’administration sont les mêmes. Autrement dit, il n’y a aucune raison de s’en priver !

Le chiffre à retenir : 10

Un médicament innovant est mis sur le marché après 10 ans d’études scientifiques

Il est ensuite utilisé pendant 10 ans avant de pouvoir être proposé en version générique

 

La France en retard sur ses voisins européens 

On peut légitimement se demander pourquoi le gouvernement et les parlementaires français se sont sentis obligés de recourir à ces deux mesures pour favoriser le recours aux génériques en France… La France est-elle vraiment en retard par rapport à ses voisins européens ? La réponse est : oui. « En 2018, les médicaments génériques représentent 36% des médicaments remboursés par l’Assurance maladie, contre 2% au début des années 1990 » explique le sociologue Etienne Nouguez dans un article pour le journal du CNRS. « Nous rattrapons progressivement notre retard sur nos voisins européens, même si nous sommes encore loin des 80 % affichés par les Allemands et des 83 % du Royaume-Uni. »

Plusieurs raisons expliquent ce retard : jusqu’en 1994, les prix des médicaments remboursables étaient fixés à des niveaux faibles par l’État. « Cela permettait à la majeure partie de la population d’avoir accès aux soins les plus innovants sans grever les comptes de l’Assurance maladie, mais cela ne poussait pas à promouvoir des copies meilleur marché. Par ailleurs, les médecins libéraux français n’étaient pas sanctionnés ou incités en fonction du montant de leurs prescriptions. Les pharmaciens, de leur côté, percevaient une marge proportionnelle au prix des médicaments et n’avaient donc pas de raison de délivrer des médicaments moins chers » souligne Etienne Nouguez.

C’est à la fin des années 1990 que les pouvoirs publics se lancent dans une promotion active des médicaments génériques. En 1999, les pharmaciens sont autorisés à remplacer tout médicament sur ordonnance par son équivalent générique (le fameux « droit de substitution ») ! Ils bénéficient en outre d’une marge plus élevée sur ces médicaments. La machine est lancée et les médicaments génériques s’imposent progressivement dans les habitudes des Français.

 

Si entre molécule et marque, votre cœur balance…

…Sachez que vous n’êtes pas les seuls ! Selon le baromètre 2018 de l’Observatoire sociétal du médicament réalisé par Ipsos, les médicaments de marque continuent de bénéficier d’un niveau de confiance plus élevé (79%) que les médicament génériques (69%) dans l’esprit des Français. Testés et approuvés, les médicaments génériques doivent encore remporter la bataille de la confiance !

  • 78% des Français ont recours à des médicaments génériques lorsqu’ils sont malades.
  • Lorsqu’ils en utilisent, 93 % des Français se disent satisfaits des médicaments génériques.
  • 82 % des médecins généralistes et 97 % des pharmaciens déclarent en prendre lorsqu’ils sont malades.
  • 28% des Français demeurent réticents à se soigner avec un générique.

Pour un topo en images sur les médicaments génériques, c’est par ici !

 

Ces articles peuvent vous intéresser

Handicap : un nouveau décret pour l’emploi

Handicap : un nouveau décret pour l’emploi

Le décret du 27 mai 2019 fixe les modalités de mise en œuvre de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés : les conditions d’agrément et de financement d’un accord…

C’est quoi pour vous les valeurs d’une mutuelle ?

C’est quoi pour vous les valeurs d’une mutuelle ?

Aujourd’hui, 65% des Français font confiance aux mutuelles santé. Mais les connaît-on vraiment ? Notre dossier de l’été vous ouvre les portes du mutualisme en France.


Ce site web utilise des cookies afin d'optimiser l'expérience utilisateur. En naviguant sur le site, vous acceptez l'usage de ces cookies.

Accepter
En savoir plus
X