Don de sang : ASSE Coeur-Vert, l'AS Saint-Etienne et Eovi Mcd se mobilisent autour de l'Etablissement français du sang

Le 6 décembre prochain - de 9 heures à 18 heures - ASSE Cœur-Vert et l’AS Saint-Etienne, partenaires de l’Etablissement français du sang (EFS), avec Eovi Mcd mutuelle (et d’autres partenaires historiques), accueilleront une nouvelle collecte de don du sang évènementielle au stade Geoffroy-Guichard. Directrice de la communication de l’EFS Rhône-Alpes-Auvergne, Sophie Titoulet en détaille les enjeux.


EFS

Avec un million de malades soignés, 10 000 dons par jour, soit 3 millions de dons par an, comment se situe la France ?

Pays du don éthique, la France est autosuffisante. L’EFS, opérateur civil unique de la transfusion, compte 15 établissements régionaux sur le territoire et dans les DOM. Avec plus de 40 000 collectes organisées par an,  il a pour mission d’assurer l’autosuffisance en produits sanguins, avec un objectif permanent de qualité et de sécurité du donneur au receveur. L’EFS défend une véritable mission de service public. 

Il lui incombe également la responsabilité de ne pas périmer les produits sanguins. Plusieurs composants sont, en effet, conservés par nos soins : les concentrés de globules rouges dont la durée de vie est de 42 jours, les plaquettes, qui se conservent cinq jours seulement, et le plasma qui peut être congelé un an. Ils servent aux transfusions et à l’élaboration de certains médicaments dérivés du sang.

Les produits sanguins font l’objet de deux grandes indications thérapeutiques, les maladies du sang (thalassémie, drépanocytose) et cancers (dont les leucémies et lymphomes) et les hémorragies (interventions obstétriques, chirurgicales et accidents de la route…). Les besoins en transfusion sont continus et réguliers. Chaque année, on recense 500 000 transfusés et autant de personnes soignées grâce aux médicaments dérivés du sang.

 

L’année 2015 confirme une hausse sensible des prélèvements. Certaines régions y sont-elles plus enclines ?

La tradition du don est très ancrée en France : 96% des personnes s’y disent favorables. Mais 4 à 5% seulement passent à l’acte. Une régulation s’opère naturellement entre les régions contributrices et les autres. La situation a changé avec les attentats. Dans les jours qui suivent, le pays se mobilise dans un élan de générosité sans faille. L’EFS doit gérer les afflux alors que les besoins de donneurs sont permanents. C’est la régularité qui compte. Il nous faut alors expliquer que les dons seront utiles mais ultérieurement. Les blessés comme les malades et les patients ont des besoins dans la durée. Si chaque personne en capacité d’offrir son sang le faisait deux fois par an, les besoins pour tous seraient entièrement et naturellement couverts.

 

La région Auvergne-Rhône-Alpes compte-t-elle assez de donneurs ?

C’est une belle région généreuse et contributrice à la solidarité nationale. En 2015, grâce à nos 1 200 collaborateurs et aux 950 associations qui aident à la promotion du don, nous avons réalisé plus de 422 000 prélèvements. Ils sont essentiels pour distribuer le bon produit sanguin, au bon moment. Les besoins sont quotidiens : 1 400 dons sont attendus tous les jours en région.

 

Pourquoi avoir ouvert des maisons du don à Lyon et Saint-Etienne ?

Les sites fixes de l’EFS sont souvent situés dans les enceintes des hôpitaux. Or le milieu médical peut rebuter et rajouter à la peur de l’aiguille. C’est un frein. Les maisons du don sont installées en cœur de ville dans un environnement plus convivial et facile d’accès. Les donneurs peuvent également prendre rendez-vous en fonction de leurs disponibilités. Elles ont vocation à faciliter leur passage à l’acte, avec des horaires adaptés.

 

Comment fonctionne « la météo du sang » ?

Nous avons une régulation nationale de nos produits sanguins. Sur notre nouveau site internet – dondesang.efs.sante.fr - l’estimation du niveau des réserves est indiquée par le baromètre des groupes sanguins. Des pictogrammes traduisent l’état des réserves à l’intention des internautes. Le niveau des réserves en produits sanguins s’évalue sur un horizon de  2 à 4 semaines.

Satisfaisant : Les réserves de sang sont bonnes et permettent de satisfaire les besoins actuels des malades. Il faut néanmoins penser à donner son sang dans les semaines à venir.   

Moyen : Les réserves de sang baissent, elles peuvent répondre aux besoins des malades pendant 1 à 2 semaines seulement. L’EFS invite les personnes volontaires à effectuer, dès maintenant, un don de sang dans l’un de ses sites de collecte.

Critique : Les réserves sont insuffisantes et ne permettront pas de couvrir les besoins en produits sanguins si la situation persiste au-delà de quelques jours. La mobilisation de tous est immédiatement nécessaire pour reconstituer rapidement les stocks.

 

Le partenariat avec ASSE Cœur-Vert, l’AS Saint-Etienne et Eovi Mcd mutuelle, très impliquées dans cette collecte, a-t-il des répercussions sur le nombre de donneurs ?

Il est essentiel, surtout à cette époque de l’année, traditionnellement plus fragile. Grâce à lui, tous les outils sont mis en œuvre pour avoir un impact maximum et mobiliser les donneurs potentiels. Il nous permet également d’avoir une belle visibilité sur les réseaux sociaux et d’être relayés dans les médias pour faire connaitre, de façon différente, le don de sang à des personnes qui ne viendraient pas ailleurs. La collecte se tient dans des salons prestigieux au stade Geoffroy-Guichard. Un lieu mythique où règne une ambiance particulière. C’est une action forte, animations ludiques à l’appui. Des joueurs, des personnalités du football comme le président de l’AS Saint-Etienne, Roland Romeyer, nous font le plaisir d’être avec nous, ce jour-là !

 

L'an dernier, au stade Geoffroy-Guichard, la journée du don de sang a mobilisé 110 bénévoles, 8 médecins et 607 donneurs, dont une soixantaine de nouveaux. Quel est le dispositif prévu le 6 décembre ?

Sur ce type d'événement, la collaboration intersites est nécessaire. Aux  collaborateurs de l’EFS Saint Etienne, s’ajoutent des médecins, des infirmières et du personnel en renfort, venu de Clermont-Ferrand ou de Roanne. Nous restons sur le même format. Et comme l’année dernière, un dispositif de réservations pour les entreprises est mis en place, afin de garantir une meilleure maîtrise des emplois du temps. Je profite de cette occasion pour remercier également toutes les autres structures (l’Union départementale de la Loire des associations pour le don de sang bénévole dont l’Association pour le don de Sang bénévole de Saint Etienne – le réseau ESTER – la CGPME – Saint-Etienne Métropole] qui nous aident régulièrement et plus spécialement sur cette collecte, ainsi que tous les donneurs qui offrent un peu d’eux-mêmes. Leur geste est essentiel.

 

Quelles sont vos attentes pour l’édition 2016 ?

Cette journée de grande visibilité est un des cadeaux de fin d’année. Elle doit permettre d’augmenter le nombre de nouveaux donneurs. L’EFS recherche, notamment, de jeunes hommes [ils peuvent donner six fois par an, contre quatre pour les femmes). Le public du football à Saint Etienne restant plutôt masculin, nous misons sur 600 à 700 donneurs. Puis, nous espérons une mobilisation dans la durée. Disposer d’un plus grand fichier de donneurs possible permet de ne pas solliciter toujours les mêmes personnes.

 

Le profil des donneurs a-t-il changé ?

Le renouvellement des générations est une vraie question, les modes de vie changent. Les donneurs « militants » sont moins nombreux. En Ile de France et en Alpes-Méditerranée, nous avons par exemple des difficultés à en trouver, alors que les besoins sont nombreux. Très actif et mobile, le public est difficile à capter. Les Français sont déjà largement sollicités pour d’autres causes qui méritent aussi leur attention.

Recruter de nouveaux donneurs de sang et sensibiliser au don de moelle osseuse est central sur cette collecte. A ce titre, ce partenariat prend tout son sens. Avec ASSE Cœur-Vert, l’AS Saint-Etienne, Eovi Mcd mutuelle et les autres partenaires, l’EFS partage les mêmes valeurs de générosité, de solidarité et de volontariat. C’est un beau geste fait en faveur des malades.

Bon à savoir :

Pour être donneur il faut :

  • Peser 50 kg minimum
  • Etre âgé(e) de 18 à 70 ans
  • Se munir d’une pièce d’identité si c’est un premier don
  • Etre reconnu(e) apte au don
  • Respecter un délai de deux mois entre chaque don
  • Bien s’hydrater
  • Ne pas venir à jeun
  • Rester au calme pendant 15 à 20 minutes le temps de la collation

Dans certains cas, il faudra respecter un délai avant de pouvoir donner son sang : pour en savoir plus rendez-vous sur dondesang.efs.sante.fr

Espace carrières

Être en mouvement dans un métier qui évolue chaque jour, ça vous tente ? Découvrez nos offres et venez prendre part à notre dynamique.

Le saviez-vous ?

Les adhérents, à titre individuel comme dans le cadre d’un contrat d’entreprise, bénéficient de nombreux services : tiers-payant national, remboursements simplifiés et rapides sous 48h, assistance vie quotidienne, fonds social et des services internet.

En savoir plus

Chiffres clés

  • 1,4 millions de personnes protégées,
  • 20 852 entreprises adhérentes,
  • Plus de 200 agences en France,
  • 2 000 collaborateurs
  • 787 M€ de chiffre d'affaire en 2016

Présentation institutionnelle